L'autonomie de la Nintendo Switch, encore inconnue, a intérêt à être bonne. Car on ne pourra visiblement pas changer la batterie...

Annoncée il y a quelques semaines, la Nintendo Switch, prochaine console du géant japonais, s’entoure d’encore bien des mystères. Parmi eux, il y a tout d’abord la question de l’autonomie. En effet, la machine, hybride, pourra être emportée partout de manière à continuer sa partie ailleurs que dans le salon. Dès lors, cet aspect portable doit reposer sur une batterie solide pour pouvoir offrir un confort d’utilisation maximal et éviter de faire stresser celui qui emportera sa Switch dans le métro, dans un train ou dans un avion. Mais à en croire un récent rapport de FCC (Federal Communications Commission), la batterie ne sera pas amovible…

Nintendo Switch Jimmy Fallon

Espérons une bonne autonomie

Le FCC a donc eu accès un prototype de la Nintendo Switch et il n’était pas possible d’en changer la batterie. Autrement dit, si l’autonomie de la Nintendo Switch s’avère dérisoire, alors on ne pourra pas la booster. Un choix de design qui paraîtrait étrange par rapport à la Wii U, qui, elle, pouvait bel et bien être améliorée sur ce point, en quelques coups de tournevis et moyennant l’achat d’une batterie de meilleure capacité (commercialisée par Nintendo).

Comme nous n’avons aucune idée de l’autonomie exacte de la Switch (certains insiders évoqueraient 3h avec la possibilité d’aller un peu plus loin en fonction des paramètres), il est difficile de réellement commenter cette information, d’autant que la FCC a reçu un prototype, susceptible de changer d’ici le lancement prévu pour mars 2017.

Dans tous les cas, cela viendrait renforcer le caractère beaucoup plus salon de la console, avec une fonctionnalité portable très optionnelle. En théorie, nous devrions en savoir plus à ce sujet le 13 janvier prochain, date de la future présentation de la Switch.

Partager sur les réseaux sociaux