Le film suédois Kung Fury a ouvert une nouvelle voie à un genre sous-estimé par le cinéma : le revival brut de l'imagination futuriste des années 1980. Deux Français remarqués pour leur première production appellent au financement participatif pour créer un nouveau moyen métrage déjanté.

La belle histoire de Kung Fury, le film suédois déjanté sur fond d’univers kitch et disco financé sur Kickstarter l’an dernier, semble inspirer de nombreux créateurs qui s’affranchissent des studios pour créer un vaste univers rétro-futuriste coloré qui sent bon les eighties.

Kung Fury

Le genre, à la fois tout à fait premier degré et délirant, semble prendre ses marques. Le retour en force de l’italo disco et de la synthwave pour la musique, les succès de Stranger Things sur le petit écran et de Kung Fury sur le grand montrent qu’une communauté de créateurs est prête à tout pour faire revivre ce cool désuet.

C’est le cas de deux Français qui proposent aux internautes de financer leur nouveau fantasme : Blood Machines. Eux n’ont ni studio, ni moyen, seulement leur amitié et leur passion pour la sci-fi des années 80, ils se font appeler Seth Ickerman et leur art semble séduire un public de plus en plus large.

a3fcad3864b20f8987ac9834d214ac54_original

L’histoire de Blood Machines remonte à la réalisation d’un clip pour un artiste de synthwave, Carpenter Brut. Le musicien demande au duo de mettre leurs fantasmes les plus fous en scène pour produire un clip hors du commun, ultra kitsch et profondément inspiré par l’imaginaire rétro-futuriste.

Les deux amis se plongent alors dans six mois de travail, au sein d’un garage, qui aboutiront à Turbo Killer, un court métrage haut en couleur de quatre minutes visionné par plus d’un million d’internautes.

Alors qu’ils ont terminé Turbo Killer et que le clip commence à rencontrer un certain succès sur le web, ils s’interrogent déjà : et pourquoi pas une suite ?

C’est là que commence véritablement Blood Machines. Leurs moyens limités et leur volonté d’aller plus loin les incitent à se lancer, eux aussi, dans l’aventure d’un Kickstarter. Ils demandent aux internautes 75 000 € pour financer leur production.

Concept Art by Mathieu Vavril & Seth Ickerman
Concept Art by Mathieu Vavril & Seth Ickerman

Aujourd’hui, ils ont déjà réuni 50 000 € et il reste encore plus de 20 jours à Seth Ickerman  pour conclure cette première étape de leur nouvelle aventure. Leur projet doit mêler machines, hommes fantômes et course-poursuites dans l’espace, à grand renfort d’esthétique néon et de synthwave.

Une belle histoire qui aboutira, on l’espère, sur un moyen métrage encore plus fou et déjanté.

Partager sur les réseaux sociaux