Après avoir conquis PC, consoles de salon et même la Nintendo 3DS, « The Binding of Isaac » se voit refouler à l'entrée de l'App Store d'Apple.

Décidément, ce pauvre Isaac n’en a pas fini d’en prendre plein la tête. Après avoir été temporairement interdit de sortie sur Nintendo 3DS, c’est désormais Apple qui refuse la vente du jeu créé par Edmund McMillen et Florian Himsl sur sa plateforme iOS.

« Violence envers les enfants »

Si Nintendo estimait que le caractère religieux mêlé à un univers gore n’était pas adéquat avec sa politique de divertissement, Apple évoque cette fois la question de la présence d’un enfant dans un jeu violent. Le comité de censure de la firme explique que The Binding of Isaac « dépeint la violence ou l’abus envers des enfants, ce qui n’est pas autorisé sur l’App Store  ».

Tyrone Rodriguez, fondateur du studio Nicalis et membre de l’équipe de développeurs de The Binding of Isaac a fait part de son désarroi sur Twitter. L’homme n’hésite pas à soulever l’incohérence de la décision d’Apple, qui autorise entre autres l’achat du jeu The Walking Dead mettant en scène Clémentine, une jeune fille survivante dans un monde de zombies.

https://twitter.com/tyronerodriguez/status/696129241696509952/photo/1

Apple et la censure, une longue histoire

Interrogé par GamesBeat, Edmund McMillen ne cache pas non plus son amertume envers Apple : « Il me semble évident qu’Apple ne prend pas en compte la dimension artistique des jeux ou démontre le moindre respect pour le medium. (…). Ils viennent juste de dire à tous les développeurs que les jeux vidéo ne sont qu’un media pour enfant sans aucun mérite artistique. Pourtant, ce sont les mêmes personnes (Apple, ndlr) qui autorisent et encouragent la commercialisation de jeux dont la stratégie est de soutirer de manière abusive et manipulatrice de l’argent aux joueurs-cibles qui sont des enfants  ».

Au-delà de ce positionnement évoqué par Edmund McMillen, ce n’est pas la première fois qu’Apple profite de son statut de système fermé pour faire usage de sa toute puissance en terme de censure sur sa boutique. Un article de VentureBeat rappelle ainsi que plusieurs jeux ont été purement et simplement évincés de l’App Store.

Conflit Syrien, sexualité féminine, tous censurés

Ce fut le cas par exemple de Endgame : Syria, un jeu de cartes d’actualité (newsgame) qui faisait état de la guerre civile en Syrie et qui fut rejeté par Apple. Selon Apple, le jeu « ciblait une race spécifique, une culture, un gouvernement ou une société réelle, ou d’une autre entité réelle », règle qui entrait en conflit avec la couverture journalistique de la guerre civile. Après trois tentatives de remaniement de Endgame : Syria pour entrer dans les pré-requis d’Apple, il s’est avéré que la firme refusait le jeu pour la simple mention de la Syrie. Les développeurs ont dû renommer le jeu en Endgame : Eurasie.

« Nous y sommes arrivés à la fin de trois refus et d’un appel, et la seule solution pour être en mesure d’obtenir Endgame : Syria sur iOS était de supprimer toutes les références au monde réel et, malheureusement, de le faire passer de Newsgame à un simple jeu », déplore Thomas Rawlings, lead designer du jeu.

endgame_syria_OC03

Même tarif pour le jeu HappyPlayTime, qui encourageait les femmes à explorer leur corps et leur sexualité en ayant pour mascotte un sexe féminin. Même en adoptant un design relativement sobre, l’application de masturbation féminine n’est pas parvenue à passer les contrôles de censure de l’Appstore, la boutique invoquant un « contenu pornographique ».

happy+play+time+1

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés