Pour sensibiliser un public peu sensible aux actualités internationales, un éditeur a eu l'idée de mettre au point un jeu vidéo réaliste sur la guerre civile en Syrie. Mais Apple, appliquant à la lettre ses conditions contractuelles, a refusé de le publier sur l'App Store. Une version HTML5 permet toutefois d'y jouer.

Apple ne veut pas que l'App Store puisse servir de terrain à des revendications politiques. Gamasutra indique ainsi que la firme de Cupertino a refusé de valider la publication de Endgame : Syria, un jeu dans lequel "vous devez faire les choix qui guideront le camp rebelle dans le conflit". "Le but est de réduire le soutien au régime de Assad jusqu'au point où ils auront été défaits ou qu'ils demanderont la paix", explique la présentation du jeu vidéo, qui existe dans une version HTML5 jouable en ligne.

Selon le concepteur du jeu, Tomas Rawlings, "cette décision est réellement une honte puisqu'elle rend difficile de parler du monde réel". Il explique qu'il espérait qu'Apple fasse preuve de "nuance" dans l'application des conditions de publication sur l'App Store, pourtant très claires.

En effet, le contrat que doivent respecter les développeurs sur l'App Store impose que "les “ennemis” dans le contexte d’un jeu ne peuvent pas seulement cibler une race spécifique, une culture particulière, un gouvernement ou une organisation réels ou tout autre entité réelle". En visant explicitement le peuple syrien et le régime de Bachar El-Assad, Endgame : Syria a clairement violé cette clause.

Ce n'est d'ailleurs pas la première fois qu'Apple la fait appliquer. Il l'a même fait pour des cas beaucoup plus contestables, par exemple lorsqu'il a rejeté un jeu vidéo sur la seconde guerre mondiale, au prétexte qu'il affichait des drapeaux japonais. Même si l'histoire est l'Histoire, Apple refuse qu'elle puisse servir de toile de fond réaliste à un jeu vidéo.

"Notre but est d'utiliser des jeux comme un support pour amener les informations vers une nouveau public et les processus de soumission (d'applications) comme celui-ci rend les choses beaucoup plus difficiles pour nous", regrette Tomas Rawlings. "Je comprends qu'Apple veuille s'assurer que les titres réellement offensants ne passent pas les portes de sa boutique, mais le nôtre en est loin".

L'éditeur explique qu'il compte soumettre à nouveau le jeu après avoir effectué des modifications qui retireront une bonne partie du contexte du jeu. 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés