Dans une série de tweets, le président américain a annoncé son refus catégorique de laisser des personnes transgenres servir dans l'armée. Donald Trump a déclenché une véritable levée de boucliers auprès des leaders de nombreuses entreprises de la tech.

Même si leur sens est parfois profondément obscur, il est indéniable que les tweets de l’actuel président des États-Unis influencent l’agenda politique. Parmi les lecteurs des embardées plus ou moins polémiques de Donald Trump sur le réseau social, se trouvent également les leaders de la tech, dont plusieurs viennent de prendre position après une série de tweets publiés sur le compte de @realDonaldTrump le 26 juillet 2017.

Après l’affaire des toilettes qui avait déjà secoué les Américains et la Silicon Valley, Donald Trump s’est à nouveau exprimé au sujet des personnes transgenres. « Après consultation avec mes généraux et experts militaires, soyez informés que le gouvernement des États-Unis n’acceptera ni ne permettra aux personnes transgenres de servir en quelque qualité que ce soit dans l’armée américaine. Notre armée doit se concentrer sur une victoire décisive et totale et ne peut être entravée par les coûts médicaux importants et les perturbations que les transgenres engendreraient dans l’armée. Merci. »

Une telle décision s’inscrit clairement contre les efforts portés par son prédécesseur Barack Obama, dont la politique avait conduit le département de la Défense des États-Unis à accepter que les personnes transgenres puissent servir dans l’armée. L’entrée en mesure de cette vigueur avait toutefois été reportée par l’administration Trump, au début du mois, au 1er janvier 2018.

#LetThemServe

Cette série de tweets n’a pas laissé indifférents plusieurs représentants du secteur de tech, à commencer par Apple. Tim Cook, CEO de la marque à la pomme, a réagi sur Twitter : « Nous sommes redevables à tous ceux qui servent. La discrimination contre n’importe qui nous freine tous. #LaissonsLesServir. »

Un hashtag repris par Brian Chesky, CEO et co-fondateur d’Airbnb. « Je souhaite remercier tous les soldats transgenres pour leur patriotisme et je crois que toute personne qui veut servir devrait être en mesure de le faire », a-t-il tweeté.

Dans un même élan, Mark Zuckerberg a publié sur sa page Facebook un message pour soutenir les personnes transgenres : « N’importe qui devrait être en mesure de servir son pays — peu importe qui ils sont. »

Everyone should be able to serve their country — no matter who they are.

Publié par Mark Zuckerberg sur mercredi 26 juillet 2017

Le CEO de Twitter, Jack Dorsey, lui a emboîté le pas en rappelant que la « discrimination quelle que soit sa forme est mauvaise pour nous tous. »

Google a directement pris position sur son propre compte, reprenant le hashtag #LetThemServe et exprimant sa « reconnaissance » à l’égard des personnes transgenres servant dans l’armée. Susan Wojcicki, directrice générale de YouTube, a publié une vidéo d’un homme transgenre ayant servi dans l’armée américaine.

De même, Tumblr a publié en son nom une série de tweets « tendre la main » face à une décision jugée « épouvantable. »

La série de tweets publiée par le président des États-Unis a suscité de nombreuses manifestations de soutien aux personnes concernées de la part d’acteurs majeurs du secteur.

Une vague de tweets et de publications qui font écho à la lettre signée en mai dernier par Apple, Facebook et Google, dans laquelle les trois entreprises plaidaient en faveur de l’inclusion des personnes transgenres.

Partager sur les réseaux sociaux