Google, Facebook, Microsoft ou encore Twitter emboitent le pas d'Apple qui dénonçait le jeudi 23 février avec force l'annulation d'une initiative Obama pour protéger les jeunes transgenres.

L’affaire des toilettes n’a donc pas fini de secouer les Américains, alors que de nombreuses célébrités continuent de dénoncer l’annulation décidée par l’administration Trump de la protection introduite par le président précédant pour les jeunes transgenres.

En redonnant aux états américains le droit d’imposer aux jeunes transgenres l’utilisation de toilettes correspondant à leur sexe biologique et non leur identité sexuelle choisie (genre), l’administration Trump redonne à des gouvernements comme celui de la Caroline du Nord la possibilité d’appliquer de telles mesures aussi perverses qu’infamantes pour les personnes transgenres.

Depuis l’officialisation de cette décision par la Maison Blanche, les entreprises de la tech donnent de la voix pour défendre ces jeunes transgenres qui devront dans de nombreux territoires conservateurs retrouver le chemin de l’humiliation vécue quotidiennement lors de leur passage aux toilettes.

Après la rapide et assurée prise de position d’Apple, c’est donc au tour de Google et Facebook de s’exprimer sur cette question dans TechCrunch ce vendredi. Mountain View exprime de manière brève son inquiétude : « Nous avons longtemps plaidé pour des politiques qui procurent une égalité des droits et un traitement équitable pour tous. Nous sommes donc profondément concernés de voir un retour en arrière concernant les droits des étudiants transgenres.  »

Les employés de Google UK à la marché des fiertés londonnienne de 2012

Toujours sur le même média, Facebook précise de la même manière que la décision de l’administration Trump est contraire à ses valeurs : « Facebook est un soutien actif de l’égalité. Nous sommes engagés pour garantir les mêmes droits pour chacun, notamment les étudiants transgenres, et [Facebook] continuera de plaider pour plus de droits plutôt que pour moins.   »

les firmes joindront-elles les actes à la parole ? 

Enfin sur Twitter, Jack Dorsey (CEO du réseau social) et des personnalités venant de Microsoft et Salesforce ont rejoint le mouvement spontané de soutien aux transgenres.

Toutefois, malgré le caractère encourageant d’une telle mobilisation des grands de la tech, il est difficile de voir quel impact ces derniers pourront avoir sur la décision de Donald Trump. Ce dernier a été exhorté par les républicains les plus conservateurs afin qu’il revienne sur la protection introduite par Obama — c’est donc désormais à l’échelle de chaque état américain que la bataille se poursuivra.

Enfin, Microsoft et Apple ou même Google sont quotidiennement en relation avec les écoles et universités américaines pour différents programmes. Lorsque ces dernières appliqueront les règles infamantes pour les transgenres dans leur enceinte, les firmes joindront-elles les actes à la parole ?

Partager sur les réseaux sociaux