C'est désormais officiel, l'iPhone sera lancé en France le 29 novembre et mis en vente par Orange avec une souscription chez l'opérateur ; mais Apple n'a toujours pas résolu la question des téléphones "nus", que l'interdiction de vente liée lui imposerait de proposer sur le marché français.

La rumeur était lancée hier ; elle est confirmée par voie de communiqué aujourd’hui ; c’est bel et bien la fin de la cacophonie autour de l’iPhone. Apple et Orange ont entériné leur accord concernant la commercialisation de l’iPhone En France.

« Je suis heureux que [l’iPhone] soit lancé en France avec Orange et je suis sûr que nos clients partagent mon enthousiasme » se réjouit Didier Lombard, PDG de France Télécom. « Notre partenariat avec Apple est une association naturelle, car nous sommes deux marques mondiales partageant les mêmes valeurs de simplicité et d’innovation. »

Si l’iPhone aux Etats-Unis possédait à son lancement ce défaut, qui exigeait de ses utilisateurs qu’ils achètent leur musique à partir d’un ordinateur pour après les transférer sur le téléphone, les utilisateurs français auront quant à eux accès au WiFi Music Store dès sa sortie. Il sera donc possible, sans l’aide d’un PC ou d’un Mac mais simplement grâce à une connexion WiFi, d’écouter et d’acheter les albums présents sur la plateforme iTunes ; notons qu’Apple vient d’aligner le prix des titres sans DRM sur ceux protégés (0,99 $). La musique ainsi téléchargée pourra être transférée sur l’ordinateur lors d’une synchronisation avec le téléphone.

« Nous nous réjouissons à l’idée de nous associer à Orange et de proposer l’iPhone aux français avant Noël » se félicite Steve Jobs. La date de lancement de son bébé sur le territoire français est en effet prévue pour le 29 novembre. Il sera proposé à 399 € ; du moins, pour ce qui concerne les modèles 8 Go qui seront achetés avec un abonnement Orange.

Quid des téléphones nus ?

En revanche il n’est fait aucune mention des téléphones « nus », qu’Apple devrait proposer sous peine d’enfreindre l’interdiction de vente liée. Rappelons que la firme de Cupertino souhaite éviter de vendre son téléphone sans l’abonnement de son partenaire exclusif car elle touche une commission de 30 % sur ce que ce dernier en tire comme bénéfice. On peut donc raisonnablement croire que pour contourner le problème, l’iPhone sera proposé sans abonnement à un prix dissuasif, à l’image du modèle à 999 € que le Leclerc de Frouard entreposait déjà dans ses rayons.

Mais est-ce que le consommateur français s’en retrouverait mieux loti ? Pas si sûr. Aux Etats-Unis, il était d’usage d’acheter le téléphone puis de le desimlocker afin de l’utiliser avec un autre opérateur qu’AT&T. Les choses se sont alors envenimées quand les détenteurs de ces modèles débloqués ont chargé la mise à jour du frimware proposé par Apple et l’ont vu devenir inutilisable ; ceci poussant les consommateurs à lancer une action collective qui gênerait beaucoup la firme à la pomme. Hors, en France, qu’aurait le consommateur à dire si Apple lui propose un modèle desimlocké en bonne et due forme, mais à un prix prohibitif ? La question reste en suspens, mais peut être le législateur devra-t-il intervenir car Apple est le premier fabricant à bouleverser le modèle traditionnel de vente de mobiles en exigeant une rémunération d’un opérateur dévoué.

En attendant de voir l’issue de cette fameuse question de vente liée, le téléphone d’Apple sera proposé dans les boutiques d’Orange, sur son portail Web, et son activation se fera vraisemblablement à partir d’iTunes.


Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés