A l'instar des chaînes de télévision, Netflix négocie les droits des films par un montant forfaitaire, qui oscillerait entre 4.000 et 40.000 euros selon les productions.

Alors qu'il doit dévoiler officiellement son offre en France lors d'une présentation aux journalistes prévue le 15 septembre prochain, Netflix continue en coulisses d'enrichir son catalogue pour son lancement. Selon le dernier numéro de la lettre professionnelle Edition Multimédi@ à paraître ce lundi 1er septembre, le service de vidéo en ligne américain ferait le tour des distributeurs de films et de séries TV pour leur proposer "un achat  de droits pour une exploitation sur douze mois pour environ 4.000 euros pour chaque film, ce montant pouvant aller jusqu'à 40.000 euros". NetFlix devra alors rentabiliser l'investissement avec des abonnements qui iront de 7,99 euros à 11,99 euros par mois.

La somme proposée par Netflix paraît plus faible que les standards du marché en matière de télévision, et serait pourtant une offre "généreuse" pour préparer le lancement. Selon TV Magazine, "les longs métrages valent de moins en moins cher à la télévision, de quelques dizaines de milliers d'euros à 200 000 euros" , le coût étant bien sûr fonction du succès d'audience de chaque production.

On parle ici de films relativement anciens, puisque Netflix a déjà fait savoir qu'il respecterait la législation française sur la chronologie des médias, et qu'il ne proposera donc aucun film de moins de 3 ans, la fenêtre étant réservée aux diffusions sur les chaînes payantes, et à la vidéo à l'achat (DVD, Blu-Ray, VOD à l'acte…). Un délai qui pourrait être ramené à 2 ans si la nouvelle ministre de la culture Fleur Pellerin reprend la proposition d'Aurélie Filippetti, qui veut l'assortir de conditions supplémentaires de participation au financement des oeuvres françaises et européennes.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés