On s'y attendait, c'est une confirmation. Il n'y aura pas de révolution apportée par Netflix dans le domaine de la VOD pour les films de cinéma. Misant d'abord sur les séries TV américaines, Netflix respectera la chronologie des médias imposée par la législation française.

Alors qu'il doit être présenté officiellement à la presse le 15 septembre prochain, les détails de l'offre très attendue du géant américain se précisent. Si la grille tarifaire proposée à partir de 7,99 euros par mois devrait séduire, il ne faut en revanche attendre aucun miracle du côté des offres de cinéma. Même s'il est installé au Luxembourg, Netflix a bien l'intention de respecter la législation française pour s'adresser aux clients français, peut-être par craintes du chantage à la neutralité du net demandé par Canal+ et relayé par les autorités.

En effet selon Clubic, qui est certainement bien informé par sa maison-mère M6, Netflix aurait l'intention de respecter à la lettre la chronologie des médias. "Il ne diffusera les films que 3 ans après leur sortie au cinéma, en attendant que ce délai ne soit (potentiellement) réduit à 2 ans", indiquent nos confrères, qui font référence aux pressions sur la révision de la chronologie des médias. Actuellement, les films ne peuvent être proposés en VOD au moment de leur sortie en DVD ou Blu-Ray que dans le cadre d'offres de VOD à l'unité, et non dans le cadre des offres de vidéo à la demande sur abonnement (SVOD), qui concurrencent très directement les chaînes à péage comme Canal+. 

Comme aux Etats-Unis, Netflix s'appuiera donc essentiellement sur son riche catalogue de séries TV, qui sont aujourd'hui au moins autant recherchées par les jeunes internautes que les films de cinéma. Pour les films, il ne pourra compter que sur le fond de catalogue, sans possibilité de se distinguer de ses concurrents comme CanalPlay, FilmoTV ou VideoFutur.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés