Google prévoit de renforcer une partie de ses câbles afin qu'ils résistent mieux aux attaques de requins. En effet, ces derniers mordent parfois les installations sous-marines par erreur, confondant leurs signaux électromagnétiques avec ceux émis par leurs proies.

Apparus au cours du XIXe siècle, les câbles sous-marins jouent aujourd'hui un rôle capital dans l'acheminement des télécommunications. C'est en effet eux qui transportent la quasi-totalité des communications internationales (99 % selon Alan Mauldin, le directeur de la recherche chez TeleGeography). Aussi font-ils l'objet d'une attention toute particulière.

Car sous l'eau, de nombreuses menaces existent et les câbles sous-marins s'avèrent très fragiles. L'ancre d'un navire peut en sectionner un par mégarde. Le chalutage profond, qui nuit par ailleurs à l'écosystème marin, constitue un autre danger. Sans parler des avalanches sous-marines qui peuvent emporter d'importants volumes de terre avec elles ou des volcans à proximité des dorsales océaniques.

Ces incidents sont parfois relayés dans les médias. En 2008, quelques cas survenus au Moyen-Orient — voir cette actualité et celle-ci — avaient ainsi été mis en avant. À l'époque, l'on supposait que la dégradation des câbles avait été causée par le mouillage imprudent de certains navires. Cependant, de nouvelles informations laissent à penser que ce serait en fait un sous-marin espion américain.

À ces différents périls, il faut en ajouter un autre : celui des requins. Il s'avère en effet que les squales sont parfois amenés à mordre par erreur les câbles sous-marins, rapporte The Telegraph. La raison ? Ces installations émettraient des signaux électromagnétiques qui seraient particulièrement proches de ceux dégagés par leurs proies, ce qui expliquerait cette confusion.

Or, chaque attaque de requin impose ensuite une intervention coûtant 250 000 dollars (environ 186 500 euros). D'où la décision de Google d'intervenir sur une partie des 100 000 miles de câbles (environ 161 000 km) en sa possession pour les renforcer avec un revêtement protecteur. Il s'agit concrètement de rajouter une couche proche du kevlar pour résister aux morsures.

Google, dont l'activité dépend de la bonne santé du réseau des réseaux, a tout intérêt à ce que ce dernier fonctionne bien. Signe de l'importance qu'ont les câbles à ses yeux, l'entreprise participe régulièrement à des consortiums visant à déployer de nouvelles routes sous-marines. Citons par exemple le projet Unity en 2008 ou, plus récemment, l'initiative Faster.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos