Google a annoncé mardi la création d’un consortium qui aura pour objet la construction dans le fond de l’Océan Pacifique d’un câble de fibre optique de près de 10.000 kilomètres de long pour relier les Etats-Unis au Japon. L’opération devrait coûter environ 300 millions de dollars et rassemble six sociétés asiatiques spécialisées dans les télécommunications : Bharti Airtel, Global Transit, Google, KDDI Corporation, Pacnet et SingTel. Elle reliera Los Angeles à Chikura, près de Tokyo.

Le câble sous-marin baptisé « Unity » devrait permettre de couvrir les besoins en bande passante entre les deux régions du globe, une demande qui s’est accrue de 64 % entre 2002 et 2007, et qui devrait doubler tous les deux ans jusqu’en 2013. Le tuyau devrait délivrer 7,68 Térabits par seconde, soit 7,68 millions de Mbps.

Google confirme ainsi son intérêt dans les infrastructure de télécommunications, même s’il s’agit surtout pour lui de devenir co-propriétaire d’un gros tuyau de transport des données et donc d’économiser sur les coups faramineux de location de bande passante. L’annonce rend tout de même plus plausible encore l’arrivée à terme de Google sur le marché de la fourniture gratuite de l’accès à Internet, comme il a déjà commencé à le faire aux Etats-Unis via des connexions gratuites en Wi-Fi. Une ambition dont le géant de Mountain View se défend bec et ongles.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés