Le fournisseur d'accès belge Belgacom a supprimé l'accès à 20 newsgroups, au moment où des FAI français étendent le bridage de Usenet et de la plupart des protocoles de P2P. A l'heure où le débat sur la neutralité du net fait rage aux Etats-Unis, n'y a-t-il pas déjà en Europe une question importante à se poser sur la légitimité de ces bridages décidés par les FAI ?

La Belgique passe à l’attaque de Usenet et des fameux newsgroups. Confirmant ce qui était encore non officiel, le FAI Belgacom annonce qu’il a effectivement interdit depuis le mardi 18 juillet l’accès à 20 newsgroups très populaires. L’opération de censure a été réalisée à la demande de l’ISPA (Internet Service Providers Association) et de la BAF (Belgian Anti Piracy Federation). « Ce sont des newsgroups qui étaient utilisés principalement pour la distribution de fichiers illégaux« , se justifie Belgacom.

Les newsgroups de musique avaient déjà pratiquement disparus des serveurs Usenet de Belgacom, et c’est cette fois les vidéos et les jeux-vidéo qui sont principalement visés :

Films et séries :
1. alt.binaries.dvd
2. alt.binaries.boneless
3. alt.binaries.nl
4. alt.binaries.cores
5. alt.binaries.vcdz
6. alt.binaries.multimedia
7. alt.binaries.tv
8. alt.binaries.dvd.image
9. alt.binaries.dvdr
10. alt.binaries.hdtv
11. alt.binaries.dvd.french
12. alt.binaries.movies.divx
13. alt.binaries.dvd9
14. alt.binaries.dvdrcore
15. alt.binaries.series.tv.french

Jeux vidéo :
16. alt.binaries.games
17. alt.binaries.sony.psp
18. alt.binaries.cd.image.playstation2.dvdiso
19. alt.binaries.cd.image.playstation2
20. alt.binaries.cd.image.playstation

En France certains FAI ont eux-aussi commencé à brider le traffic sur les newsgroups, y compris vers les serveurs à accès payant de prestataires tiers. Le Peer-to-Peer aussi est de plus en plus bridé par les routeurs qui détectent les protocoles employés et les bloquent ou les ralentissent considérablement. Cela ne concerne encore que les non-dégroupés, mais la montée en puissance du bridage chez certains fournisseurs d’accès (principalement Club-Internet et Free) amène inévitablement son lot de questions sur la légitimité d’un tel bridage, y compris d’un point de vue concurrentiel.

L’arrivée de la télévision par ADSL et des nouvelles box (Freebox, NeufBox, AOLBox…) à disques dur intégrés montre clairement que les fournisseurs d’accès à internet ne veulent plus se contenter d’être de simples vendeurs de tuyaux. Ils s’allient aux plateformes marchandes pour vendre des contenus à leurs abonnés et en récolter la commission qui leur est due. Or si le bridage et la censure visent en priorité le téléchargement illégal qui parasite de façon illicite des offres marchandes, ils emportent aussi avec eux toutes les activités légales basées sur les mêmes protocoles.

Les logiciels libres, sites de musiques libres, artistes indépendants et petites entreprises sans grande force financière se servent énormément des newsgroups et surtout du P2P pour diffuser leurs fichiers. Ces technologies leur assurent l’économie d’une bande passante et d’un stockage qui coûte extrêmement cher. Or lorsqu’un fournisseur d’accès bride les newsgroups et le P2P, il bride cette concurrence non marchande tout à fait légale et en plein développement actuellement.

Et ce bridage est-il motivé uniquement par la volonté légitime de combattre le piratage, ou ne l’est-il pas davantage par la volonté illégitime de créer la rareté des sources et d’inciter ainsi davantage leurs abonnés à venir chercher les contenus sur les portails des FAI ?

Belgacom, qui a dégainé le premier l’artillerie lourde, est partenaire de iTunes pour la musique, dispose de son propre « Gaming Club » pour les jeux-vidéo, et bien sûr d’une palette de vidéos à la demande sur la télévision…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés