Bouygues Telecom a présenté une nouvelle Bbox fonctionnant sous Android TV, la plateforme logicielle de Google pour l'univers de la télévision. Baptisée projet Miami, celle-ci sera proposée au cours du quatrième trimestre pour un prix "inférieur à 30 euros".

À l'origine d'une offensive dans l'Internet fixe avec le lancement ce printemps d'un forfait Bbox ADSL à 19,99 euros par mois et l'arrivée imminente d'une offre en fibre optique sans engagement à 25,99 euros par mois, Bouygues Telecom a fait de cette nouvelle guerre des prix le fer de lance de sa stratégie de reconquête, avec comme objectif affiché de décrocher une part de marché de 20 %.

Mais l'opérateur ne compte pas s'appuyer seulement sur une baisse des tarifs. Le fournisseur d'accès à Internet compte aussi s'appuyer sur sa nouvelle Bbox, dont une description détaillée a été effectuée par Giiks, le magazine officiel de Bouygues Telecom. Une présentation qui n'est pas arrivée pas par hasard, puisqu'elle s'est déroulée le lendemain de la conférence Google I/O 2014.

Il s'avère en effet que cette box – baptisée pour l'instant projet Miami – fonctionne avec Android TV, la nouvelle plateforme de Google pour la télévision. Lors de la keynote consacrée à ce nouveau système d'exploitation, le logo de Bouygues Telecom est d'ailleurs apparu sur scène (comme celui de SFR, d'ailleurs) lorsqu'il a été question de montrer les partenaires du projet.

Côté architecture, le projet Miami propose un processeur quadricœur (système sur puce Armada 1500 Pro), un processeur graphique Vivante GC4000 3D supportant Open GL et un autre, modèle GC420, pour les traitements 2D, explique Giiks. La machine est complétée par une mémoire vive de 2 Go, un espace de stockage interne de 16 Go.

L'appareil dispose également d’un lecteur de carte SD, d’un port USB, du Bluetooth, du Wi-Fi, d’un port HDMI 1.4, d’une sortie optique pour le son, d’une entrée TV et d’un tuner TNT HD et d’une fonction Chromecast. Il sera possible de connecter des supports amovibles, comme une clé USB ou un disque dur externe pour enregistrer des programmes télévisés, et des périphériques (manettes, souris, clavier…).

Ces derniers seront toutefois verrouillés par Trustzone. Développé par ARM, il s'agit d'une sorte de mesure technique de protection (DRM) qui "permet de sécuriser les flux TV et éviter tout piratage, un vrai plus rassurant pour les chaînes de TV", explique Giiks. Outre la diffusion elle-même, Trustzone encadrera aussi les enregistrements effectués par l'usager pour en limiter les usages.

Côté interface, la Bbox comprend quatre sections (chaînes, suggestions, applis, services).

  • Chaîne : la Bbox supporte diverses technologies de diffusion (TNT, Adaptive Streaming (OTT), IPTV Multicast) et annonce que la bande passante requise pour accéder à la télévision n'est plus 4,5 Mbps mais 2 Mbps. De cette façon, davantage d'usagers pourront y accéder ; il faudra toutefois s'attendre à une baisse de la qualité de l'image.
  • Suggestions : la Bbox utilise l'outil de recommandation conçu par Spideo, basé sur les métadonnées. Les contenus sont analysés et suggérés. Des filtres de contenu (TV en direct, TV ce soir, Replay et VOD) et de préférence (suggestion, thèmes, similaire, recherche) sont aussi à disposition.
  • Applis : des applications contextuelles seront suggérées selon la chaîne regardée (dans le cas de TF1 par exemple, les logiciels MyTF1, The Voice et TF1 News seront mis en avant). Du fait de la nature de la plateforme logicielle, la Bbox aura aussi accès au catalogue du Play Store et des applications spécialement conçus pour Android TV.
  • Services : cette rubrique regroupe le guilde des programmes TV, catalogue de VOD, le replay TV, les suggestions, les paramètres, le media center, les applications et les applications Google (Chrome, Play Store, recherche, YouTube, notifications).

Bouygues Telecom annonce que cette Box sera commercialisée lors du quatrième trimestre de cette année. Son prix de vente est annoncé "inférieur à 30 euros" et elle sera accompagnée d'une application mobile déclinée sur Android et iOS. Celle-ci permettra de piloter l'appareil.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés