Bouygues Télécom change de fusil d'épaule. Puisque l'opérateur ne parvient pas à contrer la montée en puissance de Free dans la téléphonie mobile, il va le prendre à revers dans l'Internet fixe. Bouygues annonce une "vraie rupture" en 2014, qui vise notamment à casser les marges de Free dans ce secteur.

Bouygues Télécom joue son va-tout. En difficulté sur le marché de la téléphonie mobile depuis l'arrivée de Free en 2012, l'opérateur veut contre-attaquer avec force sur l'Internet fixe. L'objectif ? Prendre son rival à la gorge afin d'entraver son développement dans le mobile. Dans un entretien accordé au Figaro, le PDG du groupe, Martin Bouygues, annonce ainsi une guerre des prix en 2014.

"Dans l'Internet fixe, la fête est finie. […] Bouygues va offrir une vraie rupture en 2014, avec des technologies et des services innovants. Nous allons faire faire 150 euros d'économie par an aux abonnés du fixe qui choisiront ce service, ce qui fait une économie de 12,5 euros par mois. Qui dit mieux ? Que Xavier Niel fasse la même chose s'il en est capable !", a-t-il déclaré au quotidien.

La nature de la "rupture" annoncée par Bouygues n'est pas encore très claire. S'agit-il d'une économie sur le forfait Internet, dont les offres coûtent aujourd'hui 31,90 ou 37,90 euros par mois selon les options ? On peine à croire que Bouygues proposera des formules sous les 20 euros par mois. Pourtant, c'est la stratégie que Free a utilisé avec succès en lançant en 2002 une offre à 29,99 euros contre 45 euros chez la concurrence.

Une chose est sûre, Bouygues Télécom veut casser les marges de Free dans l'Internet fixe pour l'empêcher de se développer. "Nos marges sont inférieures à 20 % alors que [celles de Free] sont supérieures à 40 % dans le fixe", a commenté Martin Bouygues. Mais pour connaître la façon dont Bouygues veut faire ployer Free, il faudra attendre 2014 que l'opérateur détaille sa stratégie.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos