Décidé à imposer l'utilisation de Messenger, Facebook va se séparer d'une fonctionnalité centrale présente sur son application mobile de base : la messagerie instantanée. Une mise à jour ultérieure la retirera, ce qui obligera les usagers à télécharger Messenger s'ils veulent toujours discuter avec leurs contacts.

En 2011, Facebook lançait une application mobile dédiée à la messagerie instantanée. Baptisée fort justement Facebook Messenger, elle "fonctionne comme les services de textos et autres applications de messagerie mobiles", selon le descriptif officiel. Disponible dans un premier temps sur iOS et Android, elle est aujourd'hui proposée aux usagers sous Windows Phone.

Le problème, c'est que Facebook Messenger n'est pas fondamentalement différent de l'application mobile de base du réseau social. Bien sûr, des écarts existent : l'agencement général sur Messenger a été repensé, la présentation a été soignée et des fonctionnalités supplémentaires propres à la messagerie instantanée ont été ajoutées. Mais tout ceci est en réalité très accessoire.

Le cœur de Facebook Messenger, c'est-à-dire la discussion avec des proches, est déjà présente dans l'application mobile de base du site. Certes, l'outil est moins élégant que le logiciel dédié, mais il remplit exactement la même fonction, sans toutes les fioritures. En plus, il est directement intégré au réseau social, ce qui permet au mobinaute de faire autre chose (publier un statut, consulter son fil actu…).

Dans ces conditions, pourquoi utiliser Facebook Messenger, qui a peut-être un look plus attrayant, alors que l'autre programme de Facebook convient tout à fait, tout en donnant accès au reste du site ? Visiblement, il faut croire que de nombreux usagers se sont posés cette question et ont préféré rester à distance de Messenger… la preuve, puisque Facebook veut désormais l'imposer à tous.

Techcrunch signale en effet qu'une mise à jour ultérieure va retirer la messagerie instantanée de l'application mobile de base. Dit autrement, le réseau social est disposé à mutiler son logiciel pour imposer Messenger. Des notifications seront adressées aux utilisateurs afin de les inviter à installer l'autre programme. S'ils refusent, ils devront faire une croix sur la messagerie instantanée.

Facebook, évidemment, vend cette décision comme une formidable avancée pour les utilisateurs, puisque tout le monde va pouvoir faire l'expérience d'une "messagerie rapide et fiable". Dans un premier temps, seuls ceux sous iOS et Android sont concernés. Mais il est clair que les membres utilisant Windows Phone seront tôt ou tard concernés.

La décision de Facebook de renforcer Messenger dans le secteur de la messagerie instantanée, très porteur mais également très concurrentiel, survient deux mois après l'achat par le site communautaire de WhatsApp, qui s'était imposé comme l'un des géants de la messagerie instantanée ( 400 millions d'utilisateurs actifs, 10 milliards de messages échangés quotidiennement).

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés