Ces derniers mois, les relations entre Arnaud Montebourg et Xavier Niel n'ont pas toujours été au beau fixe. Si en 2012, le ministre du redressement productif saluait l'action de Free Mobile en estimant que l'opérateur avait fait "plus pour le pouvoir d'achat des Français que Nicolas Sarkozy en 5 ans", la succession de plans sociaux suite à la guerre des prix dans la téléphonie mobile a fini par l'agacer.

En décembre, l'ancien député de Saône-et-Loire s'attaquait aux excès du low cost de l'opérateur en dénonçant "toujours plus de destruction d'emplois dans les télécoms". La charge d'Arnaud Montebourg n'avait pas laissé insensible le fondateur de Free, qui répliquait quelques heures plus tard : "télécom : 124K emplois directs en 2009, 129K en 2012 + 5K emplois créés grâce à #FreeMobile. Et votre bilan M. le Ministre ?".

Aujourd'hui, Arnaud Montebourg se montre moins véhément. Invité sur RTL ce mardi matin, le ministre a reconnu le rôle de Free Mobile dans la baisse des prix et estimé qu'il s'agissait-là d'un "acquis irréversible". En outre, il a relevé que l'opérateur, du fait de son statut de trublion, constitue une "garantie d’une concurrence saine et loyale" même en cas de retour à trois opérateurs.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos