Alors que Robocoin pensait y installer ses machines, les autorités financières de Taïwan ont prévenu la société que les distributeurs Bitcoin n'auraient pas droit de cité au pays, qui considère la monnaie virtuelle illégale.

En octobre dernier, la société Robocoin annonçait le déploiement au Canada de son premier distributeur de Bitcoins. Installé à Vancouver, il permet d'acheter des Bitcoins en insérant des billets ou une carte bancaire traditionnelle pour effectuer le paiement, ou de vendre une part de son portefeuille électronique. Dans ce cas, la machine délivre les billets de banque dus par la transaction, après retenue d'une commission. La machine est alors proche d'un vrai distributeur, à ceci près qu'elle ne prélève pas la somme demandée sur un compte bancaire, mais fonctionne comme un intermédiaire (porteur de billets) entre l'acheteur et le vendeur de Bitcoins.

Malin.

Mais à Taïwan, la Commission de Supervision Financière (CFS) a fait savoir aux médias locaux qu'elle avait d'ores-et-déjà contacté Robocoin pour l'empêcher de mettre en oeuvre son annonce d'une prochaine installation de distributeurs Bitcoins dans le pays.

L'organisme de régulation, qui doit donner son autorisation pour toute installation de distributeurs de billets, a prévenu la société que le Bitcoin n'étant pas une monnaie admise à Taïwan, elle ne laisserait pas s'installer des distributeurs qui font croire aux Taïwanais qu'il s'agit d'une monnaie légitime, ou que leur argent peut être "déposé" sur un compte répondant aux obligations de sécurité bancaire — le distributeur Robocoin permet de créer très facilement un portefeuille de Bitcoins, c'est-à-dire une forme de compte bancaire sans banque, anonyme.

Visiblement inquiète de la montée d'une monnaie non-étatique, la CFS a également prévenu les banques qu'elles avaient interdiction de proposer des services liés à Bitcoin, et qu'elle engagerait des mesures de représailles si elles venaient à désobéir.

Selon Robocoin, le distributeur de Vancouvert aurait déjà généré plus d'un million de dollars canadiens (700 000 euros environ) de volume d'échanges, avec 1 576 transactions en 29 jours.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos