Orange ne veut pas signer d'accord d'itinérance 4G avec Free. L'opérateur, qui est déjà lié au trublion des télécoms par un accord d'itinérance pour la 2G et la 3G, a finalement écarté cette perspective. Mais la mise au point d'Orange n'est pas de nature à affecter les projets de Free.

Plus question de tendre la main à Free Mobile. Alors qu'Orange évoquait l'année dernière un possible accord avec le quatrième opérateur dans le très haut débit mobile, Stéphane Richard a depuis changé d'avis. Au micro d'Europe 1, le PDG s'est montré très clair : "il n'y aura pas d'itinérance 4G" avec Free Mobile, qui devra chercher un autre partenaire s'il ne peut pas compter sur son propre réseau.

La mise au point d'Orange n'est toutefois pas de nature à inquiéter Free Mobile, puisque ce dernier (.pdf) "dispose de fréquences dans la bande 2,6 GHz et d'un droit à l'itinérance sur le réseau de SFR dans la bande 800 MHz dans la zone de déploiement prioritaire, conformément aux conditions de l'appel à candidatures, SFR". Et justement, SFR a remporté deux blocs dans la bande 800 MHz.

Cela étant, le fait que Free dispose d'un droit à l'itinérance ne lui interdit pas de négocier des partenariats avec Orange et / ou Bouygues Télécom. En effet, même si SFR accueille le quatrième opérateur sur son réseau, ce dernier ne couvre pas encore tout le territoire. Obtenir un contrat d'itinérance avez un autre opérateur aurait du sens, bien que celui-ci n'a aucune obligation d'accepter.

Rappelons que Free et Orange sont liés par un accord d'itinérance sur la 2G et la 3G jusqu'en 2018, qui a permis au quatrième opérateur de lancer ses offres commerciales début 2012 malgré un réseau en cours de construction. Si ce partenariat donne le sentiment qu'Orange aide directement l'un de ses plus féroces concurrents, l'opérateur historique y trouve son compte : Free paie très cher cet accord.

Free, qui ne possède aucun bloc de fréquences dans la bande 800 MHz, dispose actuellement de 700 sites 4G compatibles avec les fréquences de la bande 2,6 GHz, selon les données de l'agence nationale des fréquences (ANFR) de décembre.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés