Le PDG d'Orange, Stéphane Richard, se dit ouvert à un accord d'itinérance avec Free Mobile dans la 4G. Les deux opérateurs coopèrent déjà dans la téléphone mobile. L'opérateur historique autorise son rival à accéder à ses infrastructures 2G et 3G pour acheminer les communications.

En mars 2011, Orange et Free Mobile ont signé un accord d’itinérance nationale qui permet à la filiale d’Iliad d’utiliser les antennes-relais 2G et 3G de l’opérateur historique. Ce partenariat, qui concerne tout le territoire, est prévu pour durer jusqu’en 2018. À partir de là, ce sont les infrastructures du nouvel entrant, bâties dans l’intervalle, qui géreront seules les communications des clients de Free Mobile.

Cet accord pourrait-il être prolongé pour englober le très haut débit mobile ? Interrogé à ce sujet par l’Expansion, le directeur exécutif d’Orange ne s’est pas montré hostile à cette éventualité. « Je ne suis pas quelqu’un qui ferme la porte à quoi que ce soit. Nous sommes donc libres de tout engagement. Cela étant dit, nous sommes ouverts à un partenariat avec Free« .

Pour Orange, l’intérêt de poursuivre la coopération avec Free Mobile dans le domaine de la 4G est avant tout financier. En effet, l’accès aux infrastructures de l’opérateur historique n’est pas gratuit. Selon les estimations en cours, l’utilisation des antennes-relais 2G et 3G par Free Mobile pourrait rapporter entre 1 et 2 milliards d’euros. Une somme bienvenue pour Orange, qui doit aussi encaisser l’arrivée du nouvel opérateur.

Et puisque Free Mobile disposera tôt ou tard de son propre réseau 4G, autant l’accompagner. C’est en tout cas le raisonnement d’Orange, qui en profite au passage.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés