Démembré l'an dernier, le collectif LulzSec est désormais face à la justice. Plusieurs de ses membres présumés ont d'ores et déjà plaidé coupable des faits qui leur sont reprochés. Jeudi, l'un d'eux a été condamné à un an de prison ferme et un an d'assignation à résidence. Il devra en outre effectuer un millier d'heures de travaux d'intérêt général et dédommager les victimes à hauteur de 605 000 dollars.

Le temps où LulzSec faisait l'actualité est bel et bien révolu. Très prolifique pendant quelques mois il y a deux ans, le groupe de hackers a depuis cessé ses activités suite à l'intervention du FBI. La police fédérale américaine est en effet parvenue à arrêter ses membres présumés, notamment grâce à la collaboration d'un d'entre eux, Hector Xavier Monsegur ("Sabu").

Le collectif s'est illustré en 2011 en procédant au piratage de nombreux sites web, dont ceux  du Sénat américain, de la CIA, du FBI, de Sony, de Fox News, de Nintendo, d'Electronic Arts et du Sun. Certaines de ses actions se sont traduites en outre par un accès frauduleux aux serveurs et par la récupération illicite de données personnelles, compromettant la sécurité de nombreux comptes

Désormais, les accusés font face à la justice. Raynaldo Rivera a été mis en examen en août dernier. Ryan Cleary, un Britannique, a plaidé non-coupable et risque d'être extradé vers les États-Unis pour y être jugé. Hector Xavier Monsegur espère la clémence de la justice pour sa coopération. Jack Davis et Mustafa Al-Bassam ont, de leur côté, plaidé coupable.

Jeudi, une condamnation a été prononcée contre Cody Andrew Kretsinger. Connu sous le pseudonyme de "Recursion" dans le collectif de hackers, il écope d'une peine d'an de prison ferme et d'un an d'assignation à résidence. Le jeune homme de 25 ans devra en outre réaliser un millier d'heures de travaux d'intérêt général et verser 605 000 dollars de dommages et intérêts.

Comme le rappelle le Los Angeles Times, Cody Andrew Kretsinger a plaidé coupable des faits d'association de malfaiteurs et d'accès frauduleux dans un système informatique. D'autres décisions de justice sont attendues le mois prochain. Quatre accusés seront jugés au Royaume-Uni, le 14 mai. Un autre connaître sa peine deux jours plus tard, aux États-Unis cette fois.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés