Un hacker américain accusé d'avoir participé activement au piratage des serveurs de Sony en 2011 a été arrêté mardi par la police. Il s'est rendu suite à la mise en accusation formelle décidée par un grand jury.

L'affaire avait été désastreuse pour l'image de Sony. L'an dernier, un groupe de hackers dénommé LulzSec avait piraté plusieurs serveurs de la firme japonaise, dont ceux du Playstation Network, et avaient ainsi obtenu accès aux informations personnelles de millions de joueurs inscrits au service de jeu en réseau de la Playstation 3. En juin 2011, le groupe avait piraté les serveurs de Sony Pictures et publié sur leur site internet une base de données comportant notamment les noms d'utilisateurs, mot de passe en clair, adresses e-mail, et adresses postales des utilisateurs inscrits.

Un an et demi plus tard, les principaux membres du groupe ont été arrêtés et mis en examen, grâce aux informations fournies par l'un d'entre eux au FBI.

L'agence Reuters rapporte qu'un deuxième membre de LulzSec, Raynaldo Rivera, a été arrêté mardi. L'homme qui réside dans l'Arizona s'est rendu aux autorités six jours après qu'un "grand jury" de Los Angeles a décidé de l'inculper pour association de malfaiteurs et détérioration non autorisée d'un ordinateur protégé. Il risque jusqu'à 15 ans de prison.

Le grand jury, composé de citoyens américains chargés de décider de l'opportunité des poursuites pénales, a accusé Raynaldo Rivera d'avoir utilisé une attaque par "injection SQL" pour mettre la main sur les données contenues sur les serveurs de Sony Pictures. L'homme est aussi accusé d'avoir aidé à mettre ces données sur le site internet de LulzSec, et d'avoir annoncé l'intrusion sur le compte Twitter du groupe.

La mise en accusation fait suite au plaider-coupable de son complice Cody Kretsinger, en avril 2012. Les deux hommes sont poursuivis pour les mêmes chefs d'accusation. Il devrait être condamné lors d'une audience fixée au 25 octobre.

Un troisième homme, le Britannique Ryan Cleary, a également été inculpé en juin dernier par un grand jury. Il risque d'être extradé vers les Etats-Unis pour y être jugé.

Quant à Sony, la firme n'a pas encore été condamnée pour sa négligence dans la sécurisation des données, malgré une plainte déposée dès avril 2011.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés