En abandonnant sa charge, Benoît XVI va entraîner la fermeture de ses comptes Twitter. Ouverts en décembre, ils sont suivis par près de 3 millions d'individus.

En annonçant le 11 février renoncer à sa charge, Benoît XVI ne va pas seulement mettre un terme à son pontificat. Joseph Ratzinger va également entraîner la fermeture de son compte Twitter. Cette décision a été prise par les services du Vatican, qui fermeront donc le 28 février prochain les neuf comptes relayant la parole du Souverain Pontife sur le site communautaire.

Lancés en décembre, les neuf comptes dédiés au Pape sont aujourd'hui suivis par plus de 2,9 millions d'abonnés. Le profil le plus suivi est celui en langue anglaise (1,57 million d'abonnés), suivi par l'espagnol (699 000 abonnés) et l'italien (335 000). On compte 69 700 abonnés au compte français. Les autres langues sont l'allemand, le portugais, le polonais et l'arabe. Le neuvième langue est évidemment le latin.

La disparition de la présence papale de Twitter est inévitable, à en croire Radio Vatican. "Il semblait inimaginable que l'on puisse continuer à utiliser un outil de communication aussi populaire et puissant durant la période de sede vacante (siège vacant, ndlr). Volontairement, le profil @pontifex n'avait pas été personnalisé, mais il se réfère clairement à la personne du Pape", rapporte La Croix.

Si le Pape a choisi de se retirer en raison de son âge avancé, la fermeture des profils Twitter dédiés au Souverain Pontife est-elle nécessaire ? Si les comptes actuels sont personnalisés à l'image de Benoit XVI (avatar, nom du profil, image d'arrière-plan…), le nom du compte est générique : il s'agit de @pontifex (ou @pontifex_fr dans les cas des comptes localisés) et non pas @benedictusXVI.

Autrement dit, la dénomination du compte Twitter désigne la fonction plutôt que l'homme. Autrement dit, il fonctionne comme le compte @elysee ou @whitehouse. On n'imagine pas que l'équipe sortante, lors d'un changement de pouvoir suite à une élection gagnée par le camp adverse, emporte avec elle tout ce qu'elle a mise en place et ferme les profils sur les réseaux sociaux.

Au lieu de baisser le rideau, n'aurait-il pas été préférable de suspendre les activités numériques des comptes Twitter pendant l'élection d'un nouveau Pape ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés