Une société chinoise a porté plainte contre Apple, l'accusant d'enfreindre l'un de ses brevets. D'après l'entreprise, celui-ci a été déposé en 2004, bien avant la naissance du logiciel d'assistance par commande vocale. La société réclame la fin de l'infraction et une indemnisation.

Qui ne tente rien n'a rien. L'entreprise chinoise Zhizhen Network Technology s'est résolue à poursuivre en justice Apple pour violation de brevet. Selon elle, la firme de Cupertino a enfreint ses droits de propriété industrielle avec Siri, le logiciel d'assistance par commande vocale pour l'iPhone 4S.

"Nous avons adressé des mises en demeure à Apple en mai, mais personne ne nous a contactés. Nous avons déposé une plainte fin juin devant le tribunal populaire intermédiaire (au niveau de la préfecture, ndlr) ,numéro 1 de Shanghai. Actuellement, l'affaire est au stade de la médiation", a expliqué Si Weijiang, l'un des avocats de Shanghai Zhizhen.

"Nous demandons surtout à Apple de cesser d'enfreindre notre brevet et de prendre en charge les frais de justice, mais si le tribunal confirme qu'Apple a violé notre brevet, nous demanderons une indemnisation", a-t-il poursuivi. Selon Shanghai Zhizhen, sa technologie d'assistance par commande vocale, baptisée "Xiao i Robot", a fait l'objet d'un brevet en 2004.

À titre de comparaison, l'entreprise à l'origine de Siri a vu le jour en 2007. Trois ans plus tard, le 28 avril 2010, Apple a pris le contrôle du projet en achetant Siri. L'intégration du logiciel à l'iPhone 4S a ensuite été annoncée lors d'une conférence organisée au mois d'octobre 2011. Et avec l'arrivée prochaine d'iOS 6, Apple compte bien déployer Siri sur sa dernière tablette tactile.

"Les gens ont le sentiment que la Chine n'a aucune capacité d'innovation, que les entreprises ne font que copier. Mais en réalité, nous sommes les leaders dans notre domaine et nous avons créé notre propre innovation", a assuré Yuan Hui. Mais encore faut-il que l'accusation soit effectivement étayée par la preuve d'une infraction. L'affirmer ne suffira pas à convaincre le tribunal.

Au besoin, Apple pourra toujours sortir le carnet de chèques et régler le différend à l'amiable. C'est de cette façon que le géant américain de l'électronique grand public a mis un terme au litige qui l'opposait au fabricant d'écrans LCD Proview, détenteur de la marque iPad en Chine. Apple a payé 60 millions de dollars pour débloquer la vente de ses tablettes dans l'empire du milieu.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés