Google TV ne séduit pas, à en croire les statistiques issues d'Android Market. Il y aurait moins d'un million d'appareils en circulation, ce qui est un revers pour Google. Depuis près de deux ans, la plate-forme interactive a accumulé les déconvenues et les problèmes, ce qui a contribué à son échec commercial.

À la différence d’Android qui se porte merveilleusement bien, Google n’a jamais fait la moindre publicité sur les ventes d’appareils équipés de Google TV. Il y a pourtant dans les téléviseurs connectés un enjeu financier considérable : des centaines de millions de consommateurs potentiels regardent en effet chaque jour la télévision pendant plusieurs heures.

Ce mutisme a une raison. D’après les extrapolations du site GigaOM, le nombre de terminaux embarquant Google TV est inférieur au million d’unités. Pour établir cette estimation, le site s’est basé sur les données de l’Android Market et notamment sur les statistiques d’applications spécifiques pré-installées sur Google TV. Celles-ci varient entre 500 000 et un million. Un score bien faible par rapport aux espérances de Google.

La société californienne a pourtant dès le début su s’entourer de grands noms de l’high-tech. Lors de la présentation de Google TV, les patrons de Sony, Intel, Logitech, Adobe, Best Buy (une chaîne de magasins d’électronique) et Dish (opérateur satellite) étaient présents pour soutenir cette initiative. Des produits ont par la suite été présentés, comme la Logitech Revue ou des téléviseurs Sony.

Moins de deux ans après, l’euphorie a laissé place aux doutes. L’opposition de plus en plus marquée des chaînes de télévisées, en Amérique comme en France, et la menace d’une intervention du législateur pour encadrer l’arrivée des téléviseurs connectés ont certainement contribué à handicaper le développement de la plate-forme interactive télévisée de Google. Sans parler des difficultés techniques apparues entretemps.

Devant l’insuccès de Google TV, certains partenaires ont choisi de se désengager. Fin novembre, Logitech a estimé que l’aventure de son boîtier Revue lui a coûté 100 millions de dollars pour rien, malgré les efforts du groupe suisse pour arrondir les angles, en décrivant la Google TV comme un « bon concept« . Reste que ce retrait n’impactera pas les projets européens de Google, et notamment français.

Reste que la carrière de Google TV est loin d’être terminée. Si la plate-forme n’a pas encore décollé, certains industriels continuent de présenter des produits capables de l’accueillir. C’est le cas de LG, qui a levé le voile sur une Google TV 3D. En parallèle, la firme de Mountain View s’emploir à provoquer de nouvelles opportunités pour son service, en songeant à la vente de contenus ou la diffusion de films pour adultes.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés