Le sexe fait vendre. Google le sait et compte bien s'en servir pour imposer sa Google TV, notamment face à son ennemi juré, Apple. Le studio américain de films pour adultes Vivid a ainsi adapté son service pour qu'il soit accessible depuis la plate-forme télévisée du géant de Mountain View. Cela sera-t-il suffisant, alors que Google TV connaît pour l'heure un succès mitigé ?

Entre Apple et Google, les différences ne manquent pas. La plus évidente d’entre elles porte bien évidemment sur leur politique en matière d’écosystème mobile. Alors que la firme de Cupertino a choisi de bâtir un environnement fermé, vertical et contrôlé avec iOS, le géant de la recherche web a suivi une approche radicalement différente avec Android, de façon à se propager sur un maximum de téléphones mobiles.

Il est un autre domaine où les deux entreprises s’opposent frontalement. Il s’agit de la pornographie. Pas question pour Apple de laisser ces contenus envahir l’App Store. Soucieuse de préserver une image familiale et grand public, la firme américaine a très clairement fait comprendre que les amateurs de pornographie sur mobile doivent acheter un smartphone Android plutôt que de prendre un iPhone.

Face à la position rigoriste d’Apple en matière de contenus pornographique, Google a opté pour une approche pragmatique. Le sexe fait vendre et est un facteur indéniable pour imposer une technologie sur une autre. La légende veut ainsi que l’industrie pornographique a joué un rôle essentiel dans la guerre opposant le VHS au Betamax en développant des contenus pour le premier format plutôt que pour le second.

C’est pour cette raison que Google ne compte pas empêcher le développement de contenus pornographiques destinés à Google TV. La preuve, le studio de production de films pour adultes Vivid Entertainment a lancé lundi « Vivid for Google TV », un service qui permet aux abonnés de consulter les nombreux contenus proposés par l’entreprise via la plate-forme conçue par le géant de Mountain View.

CNET explique que Vivid Entertainment n’a pas développé une application spécifique pour Google TV. Le studio a optimisé son site web avec des outils déjà existants, comme l’HTML5, de façon à rendre ses contenus accessibles sur un maximum d’appareils : ordinateurs, tablettes, smartphones et même téléviseurs. Une tactique suivie par le Financial Times, pour d’autres raisons.

Sans surprise, Google n’a pas souhaité livrer le moindre commentaire sur ce cas particulier. L’entreprise américaine s’est contentée de rappeler que « n’importe qui peut concevoir un site web optimisé pour différents appareils, y compris les téléviseurs« . Mais Google n’est pas naïf. Il sait très bien que la pornographie intéresse beaucoup de monde et qu’elle peut contribuer à imposer Google TV face à de futurs rivaux.

Rappelons à cette occasion qu’Apple a révélé début septembre 2010 une nouvelle version de son Apple TV. Plus mince que le modèle précédent, le nouveau boîtier a été pensé principalement pour le streaming vidéo. En parallèle, la biographie de Steve Jobs parue cette automne a dévoilé les projets d’Apple en matière de téléviseur, dont la conception serait prise en charge par le père d’iTunes.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés