Satisfaction pour Free Mobile. L'Arcep a confirmé pour la deuxième fois que le nouvel entrant respecte bien ses obligations réglementaires, notamment sur le taux de population couverte par ses propres antennes-relais.

Free Mobile peut respirer. La polémique sur son taux de couverture de la population n’a plus lieu d’être, malgré les efforts des autres opérateurs pour le discréditer. Après des semaines de controverse, l’Arcep a publié un premier bilan sur les obligations des quatre opérateurs physiques. Il ressort notamment de ce document que Free Mobile respecte parfaitement les siennes.

« Free Mobile remplit ses obligations réglementaires, avec un taux de couverture de 28 % de la population grâce à l’utilisation de 735 sites ouverts commercialement » a écrit l’autorité de régulation des communications électroniques, citant des données datées du 31 janvier 2012. Lors de son lancement commercial à la mi-janvier, l’opérateur devait atteindre un seuil minimal de 27 %.

Il s’agit-là du deuxième contrôle opéré par l’Arcep sur le réseau de Free Mobile en l’espace de quelques mois. Le premier avait eu lieu au cours du mois de décembre et le régulateur n’avait rien trouvé à redire quant au niveau de couverture du réseau mobile de l’opérateur. Ce seuil devait absolument être atteint afin de déclencher l’accord d’itinérance conclu avec Orange afin de couvrir la population restante.

Fin janvier, l’Arcep avait même été contrainte de recadrer les opérateurs en rappelant que l’installation d’un nouveau réseau téléphonique mobile est une tâche complexe et longue. Le régulateur avait également dû rappeler que les autres opérateurs, si prompts à pointer du doigt les difficultés de Free Mobile, n’ont pas toujours été exemplaires en matière de couverture.

Plus que le taux de couverture actuel, l’Arcep a surtout constaté la volonté de Free Mobile de disposer au plus vite de son propre réseau et de se dégager progressivement d’Orange. Le développement du réseau du quatrième opérateur se poursuit, au regard des demandes d’implantations d’antennes reçues par l’Agence nationale des fréquences ainsi que du nombre d’antennes déclarées en service.

L’Arcep prévient toutefois que Free Mobile ne doit pas se reposer sur ses lauriers. Une « vérification d’ensemble du respect des obligations et des engagements incombant à l’opérateur sera effectuée fin juin 2012« . Par ailleurs, d’autres paliers devront être franchis au cours des prochaines années. « Free Mobile est désormais tenu d’atteindre par son réseau 3G une couverture de 75 % de la population en janvier 2015 et de 90 % en janvier 2018« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés