Parce qu'elle veut pouvoir lire leur contenu sans solliciter de collaboration internationale, l'Inde demande à Yahoo, Gmail et aux autres fournisseurs de messagerie de faire transiter par des serveurs situés sur son territoire tous les e-mails envoyés ou reçus depuis l'Inde.

Selon le Times of India, les agences de sécurité indiennes souhaitent que tous les e-mails envoyés ou reçus depuis l'Inde transitent par des serveurs situés en Inde. Le quotidien indique que lors d'une réunion au sommet, le ministère de l'intérieur a demandé au Département des Technologies de l'Information d'entrer en contact avec les principaux fournisseurs de services de messagerie, pour faire part de cette exigence.

Les autorités indiennes sont en effet sensibles aux difficultés exprimées par les agences de sécurité, qui expliquent qu'elles ne peuvent pas avoir accès en temps-réel aux e-mails des suspects lorsque leurs comptes sont enregistrés en dehors du pays, même s'ils sont ensuite utilisés à partir de l'Inde.

Yahoo, par exemple, stocke dans des serveurs localisés en Inde tous les e-mails des comptes de messagerie enregistrés dans le pays. Mais si un internaute utilise une adresse en @yahoo.fr, domiciliée en France, les autorités indiennes n'ont aucun moyen d'y accéder sans commission rogatoire internationale.

Or le problème se serait posée lors d'une enquête sur des individus suspectés de terrorisme, dont les e-mails étaient enregistrés en Europe. Les opérateurs auraient alors expliqué qu'ils ne pouvaient rien faire sans un ordre judiciaire européen. Si les tous les e-mails envoyés ou reçus en Inde sont stockés sur des serveurs localisés dans le pays, alors les autorités pourront y demander l'accès beaucoup plus rapidement. D'où la demande faite à Gmail et Yahoo, qui n'aura toutefois aucun intérêt si les "terroristes" utilisent leur propre messagerie avec un serveur POP et SMTP hébergé à l'étranger.

C'est toute la question de la souveraineté nationale, qui fait l'objet de vives inquiétudes avec "l'informatique en nuage". En l'espèce, l'Inde veut pouvoir accéder aux messages qui circulent en Inde. Mais en Europe, on s'inquiète plutôt que les données des Européens stockées "dans le cloud" puissent être soumises au Patriot Act, qui donne aux autorités américaines le droit d'y accéder.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés