L'Arcep a reçu les candidatures d'Orange, Free, SFR et Bouygues Télécom pour les fréquences situées dans la bande des 800 MHz. Les quatre opérateurs avaient déjà obtenu avec succès des fréquences dans la bande des 2,6 GHz. Sauf incident majeur, l'Arcep devrait attribuer les premiers lots dans les prochaines semaines.

Quelle surprise. L’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) a publié ce jeudi la liste des opérateurs en lice pour obtenir des fréquences dans la bande des 800 MHz, dans le cadre du processus d’attribution des licences 4G. Comme pour la bande des 2,6 GHz, on retrouve les quatre principaux opérateurs de téléphonie mobile, à savoir Orange, SFR, Bouygues Télécom et Free Mobile.

La procédure mise en place par l’Arcep imposait aux candidats de déposer leur dossier de candidature avant le 15 décembre, à midi. Maintenant que le régulateur des télécommunications a l’ensemble des dossiers, il va falloir procéder à leur examen et vérifier s’ils répondent aux différents critères élaborés par l’autorité administrative. Le verdict sera communiqué dans les prochaines semaines.

Sauf incident majeur, l’Arcep ne devrait pas refuser un seul des quatre dossiers. Tous les prétendants ont obtenu sans difficulté apparente leurs fréquences dans la bande des 2,6 GHz, permettant à l’État de récupérer 936 millions d’euros. La mise en vente des blocs de fréquence dans la bande des 800 MHz devrait rapporter encore plus d’argent, celle-ci étant jugée comme plus intéressante pour les opérateurs.

Au total, la vente aux enchères des blocs de fréquence des bandes 800 MHz et 2,6 GHz rapportera à l’État au moins 2,5 milliards d’euros. Une aubaine en ces temps de disette économique. Cette somme, très élevée pour les quatre opérateurs, sera toutefois amortie sur plusieurs années, en la répercutant sur la facture des futurs abonnés à la 4G.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés