L'autorité des télécoms a dévoilé la liste officielle des candidats pour les licences 4G dans la bande 2,6 GHz. Sans surprise, les trois opérateurs que sont Orange, SFR et Bouygues Télécom sont candidats. Le dernier entrant sur le marché de la téléphonie mobile, Free, est également présent.

Il n’y aura finalement eu aucune surprise de la part des opérateurs de télécommunications. Seuls Orange, Free Mobile, SFR et Bouygues Télécom ont déposé leur dossier de candidature auprès de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, avec l’espoir d’obtenir une licence 4G dans la bande 2,6 GHz. Les autres acteurs se contenteront d’être des opérateurs de réseau mobile virtuel (MVNO).

Pendant un temps, il était pourtant envisagé qu’un cinquième opérateur tente sa chance dans le processus d’attribution des licences 4G. C’est en tout cas ce qu’avait glissé en mai dernier Éric Besson, interrogé par Le Monde « Rien n’interdit l’entrée d’un cinquième opérateur mobile« , allant jusqu’à affirmer que le gouvernement avait « reçu des manifestations d’intérêt de la part de plusieurs nouveaux entrants potentiels« .

Dans son communiqué, l’Arcep explique qu’une nouvelle étape s’engage pour les quatre prétendants. En effet, le régulateur des télécommunications va désormais « procéder à l’examen de ces dossiers, notamment de leur recevabilité, selon la procédure prévue par l’appel à candidatures« . Ce processus va durer moins d’un mois et l’annonce des résultats doit intervenir d’ici la mi-octobre 2011.

La vente aux enchères des licences 4G promet d’être très lucrative pour le gouvernement. Mi-juin, le ministère de l’économie a publié au Journal officiel l’arrêté fixant les conditions d’attribution desdites licences. Au total, l’Etat récupèrera au moins 2,5 milliards d’euros, dans la mesure où c’est le montant choisi comme prix de réserve (c’est-à-dire comme montant minimal attendu par les autorités).

« Ce prix de réserve tient compte des spécificités des fréquences. Les quatre lots sur les bonnes fréquences (800 MHz) seront attribués pour un prix au minimum de 1,8 milliard tandis que 15 lots sur les moins bonnes (2,6 GHz) ont pour prix de réserve de 700 millions d’euros » avait alors indiqué Éric Besson. Les opérateurs amortiront la somme au fil du temps, en la répercutant sur la facture des futurs clients 4G.

Reste désormais à connaître les candidats pour la bande 800 MHz, qui est issue du dividende numérique. Selon le calendrier de l’Arcep, les candidatures doivent être transmises avant le 15 décembre à 12h. Orange, Free, SFR et Bouygues Télécom seront assurément candidats. Reste à savoir si un autre opérateur tentera sa chance. Ce dont on peut douter, au regard de la liste définitive des candidats pour la bande 2,6 GHz.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés