Orange et SFR vont se répartir la tâche pour le déploiement de la fibre optique en dehors des zones denses. Sur un total de 10 millions de logements pour lesquels les projets de câblage entre les deux opérateurs se recoupaient, l'opérateur historique en gérera près des trois quarts tandis que SFR s'occupera des 2,3 millions d'habitations restantes.

Dans la course au très haut débit qui s’est engagée entre les principaux opérateurs de télécommunications, le câblage des grands centres urbains est une étape essentielle. C’est en effet dans les principales agglomérations que les fournisseurs d’accès à Internet convertiront le plus d’abonnés à la fibre optique et amortiront le plus vite les investissements considérables qui y sont réalisés.

À l’inverse, les opérateurs ne se bousculent pas pour équiper les zones moins densément peuplées. Jugées peu rentables par rapport aux grandes villes, elles sont pourtant incontournables pour atteindre l’objectif fixé par Nicolas Sarkozy en 2010 : 100 % du territoire métropolitain couvert par la fibre optique en 2025. Cela laisse un délai assez court aux opérateurs, moins de quinze ans, pour y parvenir.

Confrontés au coût important que représente le déploiement de la fibre optique en zone rurale, les opérateurs n’hésitent donc pas à passer des partenariats entre eux pour accélérer l’arrivée de la fibre optique et éviter de câbler plusieurs fois une même secteur. C’est ainsi qu’Orange et SFR ont signé un accord sur l’installation du très haut débit en dehors des grandes villes.

7,5 millions pour Orange, 2,3 millions pour SFR

« Sur les 11 millions de logements qui seront couverts en fibre par France Télécom – Orange et SFR en dehors des zones très denses, 9,8 millions correspondent à des agglomérations pour lesquelles les projets de déploiement des deux opérateurs se recoupaient » ont indiqué les deux FAI dans un communiqué obtenu par l’AFP. Les deux opérateurs ont donc décidé de se répartir la tâche.

Du fait de son statut d’opérateur historique, c’est Orange qui assurera le gros du travail. France Télécom – Orange câblera 7,5 millions de logements, ce qui représente près de 76,5 % des 9,8 millions d’habitations. SFR prendra en charge les 2,3 millions de logements restants, soit 23,5 % du total. Une répartition des efforts qui doit permettre d’atteindre au plus vite les seuils de couverture exigés par le gouvernement.

« Au total, en intégrant les déploiements dans les zones très denses, ce sont près de 60 % des foyers français qui seront couverts par la fibre du fait de l’investissement des opérateurs privés dici 2020 » ont tenu à mettre en avant les deux opérateurs. Ces derniers devront terminer pour chaque commune, et comme le stipule le l’Arcep, le déploiement de la fibre optique dans les cinq ans suivant le démarrage des travaux.

La répartition des efforts entre Orange et SFR n’empêchera pas l’abonné de choisir par la suite à un autre FAI pour accéder à Internet en très haut débit. Les deux FAI se sont en effet engagés « à être commercialement présents sur les zones de l’accord en souscrivant aux offres de gros de celui qui déploiera localement le réseau« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés