100 % des foyers français en très haut débit d'ici 15 ans ? C'est ce qu'a souhaité Nicolas Sarkozy, lors d'un déplacement dans le Loir-et-Cher. Le président de la République en a ainsi profité pour confier une mission à Hervé Maurey pour qu'il rédige un rapport sur le déploiement du très haut débit en France.

15 ans pour câbler l’ensemble du territoire en très haut débit. Tel est l’engagement qu’a pris hier Nicolas Sarkozy, alors en déplacement à Morée – dans le Loir-et-Cher, pour discourir sur l’avenir des territoires ruraux. Pour y parvenir, le président de la République a annoncé la création d’une mission qui sera présidée par Hervé Maurey, sénateur de l’Eure et affilié Nouveau Centre, pour rédiger un rapport sur le déploiement du très haut débit en France.

Et si la mission conduite par Hervé Maurey aura six mois pour « dégager une solution pérenne pour alimenter le fonds d’aménagement numérique des territoires« , Nicolas Sarkozy a cependant donné un cadre général pour parvenir à 100 % des foyers français reliés en très haut débit. Ainsi, dans dix ans, il faudra avoir près de 70 % des foyers déjà connectés en très haut débit.

En décembre dernier, le rapport de la Commission Juppé-Rocard préconisait l’attribution d’une enveloppe de 4,5 milliards d’euros dédiée au développement de l’économie numérique. L’un des deux grands chantiers (à hauteur de deux milliards) concernait justement la disparition de la fracture numérique et le déploiement soutenu du très haut débit. Si les grandes villes de France et les régions densément peuplées devraient être rapidement câblées par les opérateurs, la situation sera plus compliquée pour les lieux plus isolés.

En effet, les fournisseurs d’accès ne vont sans doute pas se battre pour câbler les endroits reculés ou difficilement accessibles. Conscient du problème, le gouvernement pourrait soutenir financièrement afin de ne laisser personne sur le côté. Le 19 janvier dernier, François Fillon avait d’ailleurs exposé quelques pistes pour permettre à tous de profiter du très haut débit.

Le premier ministre avait notamment évoqué la solution du satellite qui « permettra d’apporter le très haut débit dans les zones les plus défavorisées à un tarif acceptable« . Une solution qui profitera aussi à l’Internet mobile.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés