Apple a lancé une procédure auprès de l'OMPI afin de récupérer plusieurs noms de domaine utilisant certaines de ses marques pour promouvoir des contenus pornographiques. Très soucieuse de préserver son image, la firme américaine a par le passé fait savoir qu'elle comptait tenir la pornographie aussi loin que possible de son écosystème.

Steve Jobs a beau avoir été emporté par un cancer à 56 ans, sa vision reste encore très présente au sein de la société qu’il a fondé et fait partie intégrante de la culture d’entreprise du groupe. Soucieux de préserver l’image familiale et grand public qu’a bâti son chef, Apple suit donc une politique implacable à l’égard des contenus qu’il considère comme déviants, à l’image de la pornographie.

Très attaché à la réputation de son entreprise, Steve Jobs n’était pas un ardent défenseur des contenus pour adultes. Il était même déterminé à tenir son écosystème, en particulier mobile, aussi loin que possible de la pornographie. On se souvient en particulier de ses propos tenus l’an dernier, invitant les amateurs du genre à acheter un téléphone Android plutôt que de prendre un iPhone.

« Vous savez, il y a un Porn Store sur Android. N’importe qui peut le télécharger. Vous le pouvez, vos enfants le peuvent. Nous ne souhaitons pas aller dans cette direction. Nous pensons sincèrement que nous avons une responsabilité morale d’écarter la pornographie de l’iPhone. Les gens qui veulent du porno peuvent acheter un téléphone Android » avait-il lancé.

Cette obsession de tenir l’univers Apple loin de la pornographie est constante et touche véritablement tous les domaines. Apple Insider rapporte par exemple que la firme américaine a engagé une procédure auprès de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) pour récupérer plusieurs noms de domaine utilisant ses marques pour rediriger les internautes vers des contenus pour adultes.

Au total, sept domaines ont été ciblés par Apple. Parmi ces derniers, nous retrouvons « iphonecamforce », « iphonecam4s », « porn4iphones » ou encore « iphone4s ». Ce dernier nom de domaine est très bien pensé, puisqu’il joue sur le nom du dernier-né de la gamme, l’iPhone 4S, et fait un jeu de mot en anglais « iPhone for sex ». Un hasard total, puisque ce dernier a été enregistré en août 2008, c’est-à-dire trois ans avant la sortie du smartphone.

La décision d’Apple de vouloir préserver son image de marque est difficilement condamnable, dans la mesure où d’autres entreprises sont certainement amenées au quotidien à intervenir de la sorte. Rares sont en effet les entreprises à s’accommoder d’un domaine qui associe leur nom à des contenus pornographiques. Ces dernières estiment que c’est purement et simplement du parasitage avec, parfois, l’intention de nuire.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés