Dans la bataille qui oppose HTC à Apple, Google est loin de rester inactif. Soucieuse de défendre son système d'exploitation mobile, Android, la firme américaine a décidé d'aider le fabricant taïwanais à se défendre contre la société de Cupertino. Et pour cause, HTC utilise massivement Android. Google lui a donc vendu neuf brevets pour lui fournir de nouvelles armes judiciaires.

C’est une tactique très fine que vient de mettre en place Google dans la guerre ouverte qui l’oppose à Apple. La firme de Mountain View, dont le système d’exploitation mobile est dans le collimateur de sa rivale depuis l’an dernier, vient de fournir de nouvelles armes à HTC, lui-même engagé dans une bataille judiciaire contre la firme de Cupertino. Comment ? En cédant au constructeur taïwanais pas moins de neuf brevets.

HTC, qui équipe nombre de ses smartphones avec Android, a acheté la semaine dernière neuf brevets à Google. Une acquisition qui ne doit rien au hasard. Les deux entreprises, qui ont déjà coopéré par le passé pour créer le Nexus One, ont des intérêts stratégiques communs, puisque Google s’appuie sur HTC pour diffuser Android et le fabricant taïwanais n’a pas besoin de développer un système d’exploitation mobile spécifique.

Dans ces conditions, Google a tout intérêt à aider HTC dans sa bataille contre Apple. Car en aidant le constructeur asiatique, c’est indirectement sa propre plate-forme que la firme de Mountain View défend. Et pour cela, le géant de la recherche n’a pas hésité à se servir de sa récente acquisition. Sur les neuf brevets vendus à HTC, quatre d’entre eux appartenaient à Motorola Mobility, racheté en août pour 12,5 milliards de dollars.

Rappelons que Motorola Mobility, la branche mobile du groupe, possède 17 000 brevets délivrés et 7 500 autres titres de propriété intellectuelle qui attendent encore la validation des autorités de contrôle. Avec ces brevets, Google peut désormais menacer la concurrence ou contre-attaquer en cas de poursuites qui viseraient Android. L’exemple fourni par les neuf brevets vendus à HTC le montre.

Dans un autre dossier, HTC avait déjà engagé en août dernier une action en justice contre Apple pour la violation de trois brevets portant sur différents produits : ordinateurs personnels, appareils de communication mobile, imprimantes sans fil, télévision avec capacité de streaming sans fil, équipement réseau sans fil et lecteur vidéo et audio numériques portables.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés