Encore très proches il y a seulement quelques années voire quelques mois, Apple et Google sont désormais engagés dans une guerre sans merci. Plus rien ne semble pouvoir réconcilier deux entreprises dont les partenariats ne tiennent plus qu'à un fil.

Rien ne va plus entre Google et Apple. L’an dernier l’administration américaine avait poussé Eric Schmidt à démissionner du Conseil d’administration d’Apple pour que les entreprises se livrent enfin une concurrence sans retenue, ce qui est visiblement réussi. Depuis le départ du patron de Google de la table ronde réunie autour de Steve Jobs, les relations se sont tendues entre les deux géants industriels jusqu’à atteindre ce qui ressemble aujourd’hui à un point de non-retour.

Il y a quelques jours, Steve Jobs aurait eu des propos particulièrement durs sur son rival, qu’il accuse d’avoir marché sur ses plates bandes. « Nous ne sommes pas aller sur le marché de la recherche. Ils sont venus sur le marché de la téléphonie. Soyez assurés qu’ils veulent tuer l’iPhone. Nous n’allons pas les laisser faire« , aurait ainsi déclaré à des employés d’Apple après la présentation officielle de l’iPad. Jobs aurait même estimé que le célèbre slogan de Google, we are not evil, était « des conneries » destinées à masquer les intentions orwéliennes du moteur de recherche.

Peu après la sortie de l’iPad, Google n’a pas caché ses intentions de sortir lui-même une tablette tactile basée sur Chrome OS, son système d’exploitation. La nouvelle a enthousiasmé les marchés, d’autant qu’Apple a pour la première fois perdu des parts de marché avec l’iPhone au dernier trimestre 2009, notamment au profit du Droid de Motorola qui fonctionne sous le système Android de Google. On regarde aujourd’hui avec des yeux ronds comme des billes l’article que nous avions publié en 2007, qui rapportait des rumeurs de collaboration entre Google et Apple sur… une tablette tactile. A l’époque, c’était crédible et même pas démenti par Eric Schmidt. Aujourd’hui, seulement trois ans plus tard, ça paraît totalement fou.

Par ailleurs, Google a annoncé mardi une mise à jour d’Android pour son téléphone Nexus One, qui autorise désormais le multitouch pour zoomer sur les photos, dans le navigateur ou sur Google Maps. Or selon Techcrunch, il existait un « gentleman’s agreement » entre Google et Apple pour que la firme de Mountain View ne copie pas la fonctionnalité la plus sexy de l’iPhone. Un accord de non agression qui aurait finalement été déchiré.

Enfin, Apple veut attaquer Google sur son domaine de prédilection : la publicité en ligne. Alors que Google a acquis AdMob en novembre 2009 pour 750 millions de dollars, Apple a dépensé le mois dernier 275 millions de dollars pour s’offrir l’agence de publicité mobile concurrente Quattro Wireless. Et aujourd’hui, Apple a annoncé l’embauche de deux grosses pointures européennes pour diriger ses opérations de publicité mobile, qui lui permettront de vendre des pubs affichées sur l’iPhone et l’iPad.

Et quid de Microsoft ? Sera-t-il arbitre ou victime collatérale ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés