Apple, future cible des Anonymous et d'AntiSec ? La firme de Cupertino, qui a présenté le mois dernier ses projets dans l'informatique dématérialisée, pourrait bientôt avoir quelques ennuis. Des hackers envisagent en effet d'attaquer Apple.

Depuis plusieurs mois, les attaques informatiques dirigées contre des entreprises high tech semblent être en progression. Plus ou moins élaborées, ces tentatives de piratage se sont soldées dans certains cas par le vol pur et simple de données personnelles et bancaires. Cela s’est produit récemment pour le PlayStation Network de Sony (77 millions de comptes) ou pour Sega (1,29 million).

Au cours de cette vaste campagne initiée par plusieurs groupuscules de hackers, certaines sociétés ont réussi à traverser la tempête sans encombre. C’est notamment le cas d’Apple, qui a été relativement épargné et n’a pas eu à déplorer la perte d’informations sensibles appartenant à ses clients. Or, le vent pourrait très bientôt tourner en défaveur de la firme de Cupertino.

Anonymous a ainsi annoncé dans un message publié sur Twitter qu’Apple pourrait également être une cible de choix. Le collectif a publié sur Pastebin un document qui liste des informations (identifiant et mot de passe) qui permettraient de se connecter à un serveur d’Apple. Anonymous a toutefois assuré que la firme de Cupertino ne craignait rien pour l’instant de leur part, puisqu’il est actuellement concentré sur d’autres activités.

Au regard des 27 entrées de la base de données publiées sur Pastebin, il apparaît que le document en lui-même ne contient aucune information appartenant à un client d’Apple. Il s’agit plutôt des accès administratifs (admin, backup, bulkmail…) pour le serveur. Contacté par le Wall Street Journal pour obtenir une première réaction, Apple n’a pas fait de commentaires.

Comme le précise l’un des blogs du New York Times, Apple aurait déjà été attaqué par des hackers. Lulz Security avait annoncé sur Pastebin avoir réussi à pénétrer à l’intérieur d’iCloud, une fonctionnalité gratuite présentée au début du mois de juin qui permet de stocker les données des utilisateurs à distance afin de les rendre accessibles depuis n’importe quel appareil.

Aucune preuve de l’exploit n’aura toutefois été transmise par Lulz Security pour prouver le piratage d’iCloud. Reste que la menace sera sans aucun doute prise au sérieux par Apple, qui mise sur l’informatique dématérialisée. Avec cette technologie, les utilisateurs vont être de plus en plus incités à déplacer leurs informations, leurs logiciels et leurs documents sur des serveurs distants.

Il faudra alors que les différents services offrent une sécurité et une résilience à toute épreuve. Or, même les plus grosses entreprises semblent avoir toutes les peines du monde à offrir une protection idéale. En conséquence, il faudra changer de paradigme. La question n’est plus de savoir s’il y a un risque avec l’informatique dématérialisée, mais quand celui-ci va se produire.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés