Pour éviter les distorsions de concurrence entre les boutiques traditionnelles et le commerce électronique, Frédéric Lefebvre a décidé d'aligner les dates des soldes afin que les différents canaux de distribution soient sur la même ligne de départ.

C’est aussi ça, l’Internet responsable. Quatre mois après s’être félicité de la croissance des ventes en ligne, le secrétaire d’Etat en charge de la consommation a présenté une nouvelle mesure visant à mieux réguler le commerce électronique. À travers cet objectif, Frédéric Lefebvre souhaite combattre la distorsion de concurrence entre l’e-commerce et le commerce traditionnel en alignant les dates des soldes.

« Jusqu’à présent, les possibilités de dérogation aux dates nationales pour les soldes d’été et d’hiver […] étaient ouvertes aux entreprises du e-commerce. Ces dernières pouvaient dès lors, lorsqu’elles avaient leur siège social dans les départements bénéficiant de dérogations, débuter plus tôt ou plus tard leurs opérations de soldes tout en s’adressant à une clientèle nationale et non locale » explique le communiqué.

L’alignement des dates entre le commerce électronique et les boutiques traditionnelles trouve son origine dans les travaux fournis par la fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad). Le secrétaire d’Etat manifestait alors « toute sa détermination à ce que le développement d’Internet et du e-commerce ne s’accompagne pas de pratiques qui seraient trompeuses pour le consommateur ou déloyales vis-à-vis du commerce traditionnel« .

Cette mesure matière de commerce électronique « vise à renforcer l’information, la transparence et la confiance du consommateur de e-commerce, et éviter les distorsions de concurrence entre les différents canaux de distribution » précise encore le ministère de l’économie et des finances. La Fevad estime que les Français ont dépensé l’an dernier 31 milliards d’euros dans des achats en ligne.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés