Suite à la rencontre "Garantir les libertés publiques pour préserver les biens communs", le collectif Libre Accès a entrepris un travail visant à donner la parole aux artistes et aux chercheurs opposés au principe de la propriété intellectuelle, comme le généticien Albert Jacquard.

Ancien membre du comité consultatif national d’éthique, le généticien Albert Jacquard s’est exprimé à plusieurs reprises contre la privatisation et l’exploitation commerciale du vivant. Aussi, lorsque le collectif Libre Accès s’est entretenu avec lui au sujet de la propriété intellectuelle, Albert Jacquard s’est montré très critique, estimant que derrière la propriété intellectuelle « se cache le désir de tromper« .

Cet entretien s’inscrit dans une démarche plus large initiée par le collectif Libre Accès, qui cherche à combattre un glissement sémantique en faveur des ayants droit. « Il est vital que les citoyens, et à plus forte raison leurs représentants, n’emploient pas le vocabulaire créé par les lobbies des grandes multinationales » prévient le collectif dans son communiqué.

« C’est autour de l’intervention de Richard Stallman (fondateur du mouvement du logiciel libre), dénonçant l’expression ‘propriété intellectuelle’ lors de la rencontre Garantir les libertés publiques pour préserver les biens communs, qu’il nous a semblé utile de faire réagir ceux participant à la préservation des « biens communs » de l’humanité, tel le généticien Albert Jacquard » explique Libre Accès.

Auparavant, le collectif a organisé ses propres assises de la création en 2009, en réaction à celles organisées par l’ancien porte-parole de l’UMP, Frédéric Lefèbvre. Libre Accès est également à l’origine du festival annuel des Arts Libres à Paris, évènement auquel Numerama est partenaire.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés