Les utilisateurs de mobiles sont-ils fidèles à une plate-forme en particulier ou sont-ils disposés à passer d’un système d’exploitation à un autre, en fonction du mobile désiré, de l’opérateur choisi ou tout simplement de leur envie ? À cette question, une étude menée par le Yankee Group, et relayée par CNN, vient donner quelques réponses.

Selon les données fournies par le Yankee Group, près de 77 % des possesseurs d’iPhone n’envisagent pas de passer chez la concurrence. Pour Apple, cela se traduit par une certaine continuité et une grande fidélité de ses clients au fil du temps, soit en rachetant le même téléphone, soit en obtenant une version plus moderne (en l’occurrence, l’iPhone 4).

En revanche, les concurrents ont a priori un peu plus de mal à conserver leur clientèle, qui est plus volatile. Cependant, une certaine portion de ces différentes clientèles s’agrège de plus en plus autour du système d’exploitation Android. Selon le Yankee Group, près de 20 % de tous les possesseurs de smartphones envisagent d’acheter un téléphone Android.

Dans l’un et l’autre cas, quelques clés de compréhension peuvent être apportées. Pour Apple d’une part, la firme américaine a su fidéliser sa clientèle autour d’une véritable culture d’entreprise qui rejaillit continuellement sur ses consommateurs. Ces derniers font d’ailleurs largement partie de la mécanique promotionnelle de la marque, notamment sur Internet.

De plus le modèle économique d’Apple repose largement sur une logique d’intégration verticale. La firme peut intervenir à tous les niveaux de la chaine, depuis l’App Store – la fameuse boutique en ligne de la société – jusqu’au mobile d’un client, en verrouillant certaines pratiques (même si un coup de canif a été récemment porté). Dans ces conditions, les clients Apple sont sans doute moins disposés à créer l’environnement Apple qu’ils ont créé et acheté (notamment à travers les applications payantes) pour passer chez « l’ennemi ».

Pour Android, la tactique est sensiblement différente. En effet, plutôt que de se concentrer sur un seul type de téléphone, Google et l’alliance Open Handset Alliance préfèrent pousser le système d’exploitation libre sur un maximum de dispositifs mobiles. Une stratégie visiblement payante. De cette façon, le système d’exploitation peut apparaitre moins contraignant que son homologue.

Les utilisateurs ont davantage le choix de choisir un mobile en fonction de ses caractéristiques ou de son look, sachant qu’ils pourront retrouver peu ou prou le même système d’exploitation, même si parfois les constructeurs rajoutent une surcouche graphique maison pour apporter un petit plus personnalisé.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés