C’est le grand rival de l’App Store d’Apple. Android Market, la plate-forme dédiée aux applications compatibles avec le système d’exploitation mobile Android, vient tout récemment de franchir un cap important. En effet, la boutique gérée par Google compte désormais plus de 50 000 applications (très exactement 50 171 à l’heure où nous écrivons ces lignes). Cependant, il s’agit là du chiffre global calculé par AndroLib, puisque toutes les applications ne sont pas forcément disponibles sur tous les Android Market nationaux.

Cette croissance vigoureuse est bien évidemment portée par la popularité grandissante de la plate-forme Android. Début octobre 2009, l’institut Gartner tablait sur une montée en puissance du système d’exploitation mobile libre, au point que les téléphones sous Android deviennent deuxième du marché dès 2012, derrière le système Symbian, mais devant la gamme iPhone d’Apple.

L’autre raison, moins perceptible toutefois, pourrait être liée à la politique intransigeante d’Apple vis-à-vis de l’App Store. Fin 2008, nous rapportions la migration de quelques développeurs vers la plate-forme de Google, moins contrariante et moins verrouillée. C’était notamment le cas des créateurs du logiciel de lecture MP3 TuneWiki, qui proposait des fonctions limitées sous l’App Store. Las, les concepteurs ont préféré migrer pour élargir les possibilités de leur application (accès aux composants de l’appareil, ajout de fonctionnalités particulières…). Mais cette migration reste très délicate à estimer.

D’aucuns pourront évidemment trouver à y redire, notamment sur la capacité que s’octroie Google de désactiver des applications à distance. « Google peut découvrir un produit qui viole l’accord de distribution du développeur… dans un tel cas, Google se réserve le droit de supprimer à distance ces applications de votre appareil à sa seule discrétion » comme le stipule le contrat utilisateur du G1. Ou de faire le ménage occasionnellement sur son Android Market, à l’instar d’Apple et de l’App Store.

Cependant même si Google a déjà fait le ménage sur son App Store, le géant du web ne s’est jamais appuyé sur des considérations morales pour le faire. Jusqu’à présent, seule la considération technique a été prise en compte. Fin 2008, la firme de Mountain View a retiré les applications anciennes et qui n’étaient plus compatibles avec l’Android Market embarqué sur le G1. Une politique qui est décidément bien différente d’Apple.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés