Souhaitant se positionner sur le marché du très haut débit, Bouygues Télécom a signé un accord avec Numericable pour exploiter de façon autonome son réseau. Avec près de 4,1 millions de foyers raccordés, Bouygues espère lancer très rapidement une offre pour gagner de nouveaux clients.

Alors que les trois principaux fournisseurs d’accès à Internet en sont encore à débattre sur le type de fibre à déployer (Orange défendant le modèle de la mono-fibre tandis que Free soutient le principe de la multi-fibre), Bougyes Télécom a astucieusement pris la tangente en annonçant la signature d’un accord avec Numericable. Ainsi, l’opérateur pourra proposer une offre Internet à très haut débit dès 2010, coiffant manifestement au poteau les autres FAI.

« Confortée par le bon démarrage de l’offre Bbox (Internet, télévision, téléphonie fixe) et de l’offre quadruple play Ideo (qui comprend en plus la téléphonie mobile), Bouygues Télécom souhaite développer sa présence sur le marché du fixe et apporter au plus vite à ses clients une offre jusqu’à 100 mégabits par seconde accessible au plus grand nombre » explique ainsi le communiqué de presse.

À l’heure actuelle, Numericable dipose du réseau de fibre optique le plus développé en France, avec près de 4,1 millions de logements raccordés. En s’associant avec Numericable, Bouygues Télécom pourra s’exonérer d’une partie des lourds investissements nécessaires à la pose de la fibre, tout en accédant immédiatement à un marché potentiel de plusieurs millions de futurs clients.

Selon l’ARCEP, le régulateur des télécoms, au 30 juin 2009, sur les 230 000 foyers connectés au très haut débit, 180 000 étaient abonnés à Numericable. Avec la signature d’un tel accord, Bouygues Télécom espère donc rapidement conquérir d’importantes parts de marché. Pour Numericable, cet accord est également une opportunité financière pour soutenir le développement de son réseau.

°ric Denoyer, le directeur général de la division opérateurs de Numericable, avait expliqué en 2008 à l’AFP que ce genre d’accord permettrait « d’accélérer la rentabilisation des infrastructures« , tout en créant « une certaine concurrence sur le très haut débit« . Aujourd’hui, le responsable se félicite de cet accord, témoignant « des capacités de notre réseau en fibre optique et de notre volonté de l’ouvrir à des tiers« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés