Twitter, incompatible avec le bon déroulement de la démocratie ? C'est le consensus qui semble se former dans la classe politique allemande. En effet, le site spécialisé dans les messages courts et viraux a diffusé à plusieurs reprises les résultats officiels d'élection bien avant la fermeture des bureaux de vote... un risque pouvant inciter les citoyens allemands à ne plus se déplacer pour accomplir leur devoir.

Peut-on menacer la démocratie allemande en 140 caractères ? Si la question peut paraitre très surprenante, elle est prise avec beaucoup de sérieux par la classe politique outre-Rhin. En effet, alors qu’avait lieu dimanche soir des élections régionales dans la Sarre, la Saxe et Thuringe, des utilisateurs de Twitter ont eu vent des résultats une heure et demie avant la fermeture des bureaux de vote et les ont diffusé sur le célèbre site de micro-blogging.

Or, cette fuite bien avant la publication des chiffres officiels inquiète les observateurs allemands : « Que des estimations sorties des urnes soient publiées avant la clôture des bureaux de vote, ce serait le pire des scénarios » s’est alarmé avant-hier le responsable fédéral du déroulement des élections, Roderich Egeler. En effet, cela pourrait avoir une influence très négative sur les citoyens allemands, les incitant à ne plus accomplir leur devoir civique.

Ainsi, la défaite électorale du parti d’Angela Merkel, la chancelière allemande, circulait déjà à toute vitesse sur le web, bien avant la fermeture des bureaux de vote. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que les résultats ont circulé sur le web bien avant la proclamation officielle. Ainsi, la réélection d’Horst Köhler à la présidence allemande par le parlement était déjà connue par la blogosphère.

Dès lors, Roderich Egeler a annoncé qu’il poursuivrait en justice tous ceux qui annonceraient avant les résultats officiels avant la fin de l’élection. Un délit passible de 50 000 euros d’amende. Or, quand on connait le potentiel viral de Twitter et son interconnexion avec des profils situés dans le monde entier, il semble assez illusoire d’empêcher la propagation de l’information une fois qu’elle apparait sur le réseau… surtout lorsqu’elle est diffusée par un homme politique.

Reste à savoir ce qu’en pense Franck Louvrier, le conseiller médias de Nicolas Sarlozy, lui qui mettait en avant tour-à-tour les bienfaits de Twitter, de la démocratie et d’Hadopi, vantant le « caractère authentique des contenus » de Twitter…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés