La spéculation dérégulée autour du Bitcoin déplairait-elle à la Chine ? Le Wall Street Journal estime qu'une interdiction des plateformes d'échange serait dans les tuyaux.

L’information est à prendre avec des pincettes, mais elle agite déjà les communautés formées autour des cryptomonnaies : d’après une source du Wall Street Journal, la Chine plancherait sur une interdiction des plateformes d’échange de bitcoins après avoir interdit les ICO. Les principales plateformes chinoises d’échange  (OKCoin, BTCChina et Huobi) n’ont pas encore été contactées par l’administration financière du pays. La source du Wall Street Journal estime que c’est la banque centrale chinoise qui s’est attelée à la rédaction du projet — cette dernière n’a pas souhaité commenter ces informations non plus.

Le fondateur de BTCChina a réagi publiquement sur Twitter par un sondage plutôt énigmatique, demandant à ses followers s’ils pensaient que cette rumeur avait une chance de devenir réalité. Soit, n’ayant pas d’information, il n’y croit pas ; soit, plus grave, il cherche à attirer l’attention du public sur ce qui pourrait être un drame pour son entreprise.

La raison évoquée par le Wall Street Journal n’est pas nouvelle : les cryptomonnaies ne sont pas contrôlées par une autorité centrale et leur dérégulation entraîne une spéculation inouïe. Échangé à plus de 4 000 € début septembre, le bitcoin a aujourd’hui perdu de sa valeur et vaut seulement 3 545 €.

Une monnaie et une dynamique qui ont tendance à effrayer les états, qui, aujourd’hui, n’y gagnent rien. Alors que le Bitcoin se porte de mieux en mieux, même après ses récentes épreuves.

Partager sur les réseaux sociaux