L'agence spatiale européenne a signé une déclaration avec seize industriels de l'industrie aérospatiale pour soutenir le rôle des satellites dans le déploiement de la 5G.

L’avenir des télécommunications passera-t-il par les satellites ? Dans le cas de la 5G, peut-être : en tout cas, l’agence spatiale européenne entend explorer cette piste. Elle a donc signé ce jeudi 22 juin une déclaration commune avec seize industriels de l’industrie aérospatiale pour « renforcer et démontrer la valeur ajoutée des satellites dans le domaine des télécommunications 5G ».

Ce que les dix-sept partenaires entendent faire en la matière est encore assez flou. D’ailleurs, eux-mêmes tâtonnent encore. Le communiqué dit que les signataires se laissent jusqu’à la fin de l’année « pour définir les contours précis des projets expérimentaux et des actions transversales ». Ensuite, et pendant au moins deux ans, des actions conjointes entre l’agence spatiale et l’industrie seront mises en place.

5g

Il est question « d’expérimentations de services 5G, capacités satellitaires comprises, axés sur certains secteurs cibles […] qualifiés de secteurs verticaux, comme les transports, les médias et les loisirs, ou encore la sécurité publique ». Des « activités de sensibilisation » sont aussi mentionnées, sans que l’agence ne précise ce qu’il entend par là.

L’on peut imaginer qu’elles serviront aussi à des opérations de lobbying, les industriels de l’aérospatial ayant un intérêt économique évident à ce que les satellites soient un maillon-clé pour l’accès à la 5G. Enfin, il est évoqué des opérations transversales sur « le développement d’applications, la normalisation, la gestion des ressources, la démonstration de l’interopérabilité et les technologies de soutien ».

Les promesses de la 5G

La 5G porte en elle de grandes promesses. Il est question par exemple de débits au-delà de la barre des 10 Gbit/s (un film en haute définition pour être récupéré dans des délais très courts), de temps de latence extrêmement réduits (sous la milliseconde) et d’une empreinte particulièrement légère sur l’autonomie des appareils, permettant de faire durer la batterie sur des jours, voire plus longtemps.

Mais ce n’est pas demain la veille que la 5G sera dans toutes les poches.

L’industrie table sur un déploiement aux alentours de 2020 (certains évoquent 2019, d’autres parlent au contraire de 2021 ou 2022). Des évènements internationaux comme les Jeux olympiques d’hiver à Pyeongchang en 2018 ou ceux d’été à Tokyo en 2020 pourraient servir de vitrine technologique, même si la normalisation de la 5G ne sera pas tout à fait finie.

À lire sur Numerama : 5G  : tout savoir sur le réseau mobile du futur

Partager sur les réseaux sociaux