La Société Française du Radiotéléphone, créée en 1987, s'appellera désormais Altice, du nom de sa maison-mère. Le changement, attendu depuis un moment, a été officialisé et sera acté avant la fin juin 2018. Il vise notamment à faire oublier les récents déboires de l'opérateur.

À un jour près, le pronostic de Satellifax se serait vérifié : le changement de nom de SFR, attendu pour le lundi 22 mai, a finalement été annoncé ce mardi 23 mai. D’ici fin juin 2018, la Société Française du Radiotéléphone créée en 1987 sera renommée Altice, du nom de sa maison-mère, à l’instar de tous les actifs détenus par le milliardaire Patrick Drahi. Il en fera l’annonce officielle ce mardi à New York, comme le révèle l’AFP.

Le carré rouge emblématique cèdera sa place à un « a » représentant un chemin, pour ainsi mettre en avant le logo du groupe Altice, réalisé par une agence américaine de Publicis.

Le changement de nom de l’opérateur, évoqué depuis un moment, a connu une accélération soudaine ces derniers mois en raison de « l’actualité sociale qui perturbe SFR et l’importance de septembre et décembre pour le commerce grand public » selon des sources proches du dossier citées par Les Échos.

Nouveau départ ?

Seuls les titres de presse détenus par Altice conservent (logiquement) leur nom, en l’occurrence L’Express, Libération, BFM-TV, RMC et i24 news.

L’idée, derrière ce changement de nom, est de tirer un trait sur l’image de l’entreprise, écornée ces dernières années entre les plans sociaux, les départs de clients vers la concurrence, et le dépôt massif de plaintes contre l’opérateur par ses usagers en 2016. Mais aussi d’acter l’orientation internationale d’un groupe aux grandes ambitions, comme l’a affirmé son directeur général, Michel Combes : « Altice entre aujourd’hui dans une nouvelle ère suivant notre transformation en un leader mondial des télécoms, des contenus et de la publicité ».

À lire sur Numerama : Sosh, Bouygues, RED by SFR, Free Mobile  : quels sont les meilleurs forfaits sans engagement  ?

Partager sur les réseaux sociaux