Les effectifs de SFR vont fortement diminuer dans les années à venir. C'est en tout cas le projet de la direction de l'opérateur, qui a un en chantier un plan de 5 000 départs volontaires.

La convocation ce mardi des représentants syndicaux des salariés et de la direction de SFR par la ministre du travail Myriam El Khomri n’aura pas permis d’empêcher ce qui flottait dans l’air depuis plusieurs semaines déjà : l’opérateur de téléphonie mobile va bien procéder à la réduction drastique de ses effectifs, avec en perspective la suppression de 5 000 postes.

C’est ce que viennent de déclarer à la presse les trois syndicats de la CGT, de la CFDT et de l’Unsa. Selon eux, la direction propose un plan de départ volontaire visant 5 000 personnes « qui ne comporterait pas de licenciements sec d’ici 2019 », rapporte l’AFP, qui explique que le projet n’a pas été approuvé pour l’heure par les syndicats. Il s’inspirerait d’un précédent plan social datant de 2013, ajoutent-ils.

En l’occurrence, SFR donnerait entre deux et trois mois de salaire par année d’ancienneté pour accompagner les départs volontaires, qui devraient officiellement démarrer l’année prochaine, date à laquelle l’engagement de sa maison-mère, Numericable, sur l’emploi expirera. Le câblo-opérateur s’est en effet engagé auprès du gouvernement de ne pas faire de licenciements pendant au moins trois ans pour acquérir SFR.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés