SFR a perdu 200 000 clients au cours des deux premiers mois de l'année. Sans surprise, l'effet Free Mobile a joué un rôle très important dans ces départs. Cette baisse reste toutefois très limitée vu le nombre de clients encore chez le deuxième opérateur : plus de 21 millions.

Orange et Bouygues Télécom ne sont pas les deux seuls opérateurs à avoir enduré un début d’année 2012 particulièrement pénible. Comme eux, SFR a dû encaisser l’arrivée de Free Mobile sur le marché de la téléphonie mobile. Et la deuxième société de télécommunications française n’a pas non plus échappé à la fuite d’abonnés au profit du nouvel entrant.

Au total, 200 000 clients SFR sont partis entre janvier et février 2012. Selon Jean-Bernard Lévy, président du directoire de Vivendi, la maison-mère de l’opérateur, cela représente une réduction d’à peine 1 % du nombre total d’abonnés, celui-ci s’élevant à un peu plus de 21,4 millions pour le mobile à la fin 2011. Comme pour Orange et Bouygues, le lancement des offres Free Mobile est le principal responsable de cette baisse.

En comparaison, Orange a annoncé cette semaine le départ de 201 000 abonnés au cours de la même période. De son côté, Bouygues Télécom a évoqué la migration de 134 000 clients vers Free Mobile sur les 159 000 fins de contrat recensés au cours des deux premiers mois de l’année. Et si Orange affiche en volume le plus grand nombre de départs, c’est Bouygues qui souffre le plus au regard du nombre total de ses abonnés.

Orange compte en effet 27 millions de clients enregistrés à la fin 2011. Les 201 000 départs ne représentent « que » 0,74 % du total. Dérisoire. Pour le troisième opérateur, la pilule a plus de mal à passer puisqu’il ne compte que 11,3 millions de consommateurs. Cela représente 1,2 % si on s’en tient qu’aux 134 000 clients partis chez Free Mobile ou 1,4 % si on prend l’ensemble des départs (159 000).

Dans un communiqué (.pdf), Jean-Bernard Lévy s’en est notamment pris aux « conditions excessivement favorables accordées au nouvel opérateur mobile par le régulateur, l’État et l’opérateur historique« . Selon le président du directoire, cette concurrence durcie va amener le groupe « à réexaminer très attentivement tant ses offres commerciales que ses coûts« .

Au regard de ces différentes données, nous pouvons tenter une première estimation grossière du nombre d’abonnés partis chez Free Mobile. Les 134 000 consommateurs Bouygues Télécom ayant migré vers le quatrième opérateur additionnés aux 200 000 de SFR et aux 201 000 d’Orange donne un total de 535 000 abonnés. Cependant, il convient de préciser plusieurs choses.

Aussi marginaux soient-elles, les données de SFR et Orange intègrent aussi des départs vers d’autres opérateurs que Free Mobile (comme les opérateurs de réseau mobile virtuel) ou des résiliations sans nouvel abonnement derrière. Cette estimation ne tient pas non plus compte des résiliations qui ont également dû survenir chez les MVNO, qui ont gagné en popularité ces dernières années.

Des sources évoquées à la mi-février par La Tribune ont mentionné que Free Mobile aurait déjà 1,5 million d’abonnés. De son côté, le site Les Numériques a affirmé courant janvier que l’entreprise avait déjà séduit 1,5 million de consommateurs. Dès lors, les MNVO auraient alors perdu collectivement près d’un million de clients au cours de cette période.

Dans le lot, il est aussi probable que des individus n’ayant pas eu de mobile jusqu’à présent se soient abonnés directement chez Free Mobile. Mais au regard du marché français, complètement saturé, c’est un apport vraisemblablement marginal.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés