Sur la plateforme vidéo star de Google, la publicité se décline sous de très nombreuses formes. Bandeaux, vidéos en pré-roll ou mid-roll, la pub est partout. Mais certains formats ne plaisent guère aux utilisateurs, au point que Google souhaite tirer un trait dessus.

L’équation de la publicité sur YouTube est complexe. Pour contenter à la fois les annonceurs et les utilisateurs, Google doit trouver la bonne manière d’introduire la monétisation. Or certains formats, appréciés par les annonceurs, peuvent suffisamment agacer les utilisateurs qu’ils deviennent contre productifs. C’est par exemple le cas de publicité appelée pré-roll qui se présente à l’internaute avant le début du contenu et qui, souvent, pousse le spectateur à ne pas attendre et simplement zapper.

C’est une tendance particulièrement importante que semble avoir mesurée Google sur les pré-roll obligatoires de 30 secondes, ces publicités vidéos qui durent donc la moitié d’une minute et ne peuvent pas être passées par l’internaute. Il apparaîtrait que ces dernières bien qu’appréciés des marques et annonceurs, soient souvent contre-productive : les utilisateurs ne s’engageant que rarement sur celles-ci.

Contenter tout le monde

Dans une récente déclaration, Moutain View a donc clarifié son intention de reprendre certaines règles et clarifier ses conventions pour la publicité sur YouTube. Dès 2018, le géant compte par exemple en finir avec ce fameux pré-roll de 30 secondes. Pour Google, cette démarche s’inscrit dans une refonte de son offre qui doit « se concentrer sur des formats qui fonctionnent à la fois pour les utilisateurs et les annonceurs.  »

Il n’est pas question d’en finir avec la publicité obligatoire, mais cette dernière ne devra désormais pas dépasser les 20 secondes. Mountain View n’a pas encore évoqué la création de nouveaux formats qui pourraient remplacer ce pré-roll. Il reste donc un peu moins d’un an au géant pour rassurer ses annonceurs et trouver un moyen de financer la disparition de ce format rémunérateur.

D’autant que l’essor de la vidéo sur Facebook, qui devient un concurrent direct, exige de Google un vrai travail d’équilibriste pour conserver à la fois ses revenus et ses utilisateurs. De son côté, Facebook s’interdit pour le moment à tous les formats pré-roll auxquels il préfère les mid-roll qui se déclenchent donc à partir de quelques minutes de visionnage.

Partager sur les réseaux sociaux