BlackBerry tente de convaincre Facebook de ne pas délaisser son système d'exploitation mobile, et en appelle à ses clients pour se mobiliser sur les réseaux sociaux.

La société BlackBerry vit mal l’idée d’être rangée au rayon des antiquités et elle ne se prive pas pour le faire savoir. En effet, l’entreprise canadienne a fait part jeudi de sa vive déception face à la perspective que son système d’exploitation, BlackBerry 10, ne sera plus pris en compte d’ici la fin de l’année par Facebook et WhatsApp, qui est sa filiale dédiée à la messagerie instantanée.

BlackBerry représente une quantité négligeable

L’émoi de BlackBerry survient quelques semaines après la mise en ligne d’une page d’aide sur WhatsApp dans laquelle il est spécifié que plusieurs OS seront ignorés par le réseau social à partir de 2017. Sont cités BlackBerry, Nokia S40, Nokia Symbian S60, Android 2.1, Android 2.2 et Windows Phone 7.1. Motif ? Aujourd’hui, ces systèmes d’exploitation représentent une part de marché négligeable. « Lorsque nous avons lancé WhatsApp en 2009, […] près de 70 % des smartphones achetés à l’époque avaient des systèmes d’exploitation BlackBerry et Nokia. Les systèmes d’exploitation mobiles offerts par Google, Apple et Microsoft (qui représentent 99,5 % des ventes aujourd’hui) représentaient moins de 25 % des ventes d’appareils mobiles à l’époque », font remarquer les responsables de WhatsApp.

Le service de messagerie instantanée et le site communautaire souhaitent mobiliser leurs ressources sur les plateformes actuelles, qui sont utilisées par la quasi-totalité des usagers ayant un mobile. Naturellement, les deux entreprises recommandent aux clients n’ayant ni iOS ni Android ni Windows de commencer à envisager l’acquisition d’un autre téléphone s’ils veulent continuer à utiliser Facebook ou WhatsApp.

WhatsApp

Réagissant à cette décision, BlackBerry déclare que ses équipes « sont extrêmement déçues » alors que « tant d’utilisateurs adorent ces applications ». La firme révèle qu’elle a pris contact avec Facebook et WhatsApp « pour leur faire changer d’avis », mais cela n’a pas (encore ?) payé. « Pour le moment, leur décision est toujours d’actualité », regrette la société, qui a depuis joué une autre carte.

BlackBerry invite en effet ses clients à se mobiliser sur les réseaux sociaux en utilisant le mot-clé #ILoveBB10Apps pour signaler à Facebook et WhatsApp ce qu’ils ressentent depuis qu’ils ont appris que les applications concernées ne seront bientôt plus mises à jour et maintenues. La société indique au passage qu’elle cherche des « solutions alternatives » afin que ses clients ne soient pas lésés.

BlackBerry veut mobiliser sur les réseaux sociaux

Le désintérêt de Facebook et WhatsApp pour BlackBerry est une très mauvaise nouvelle pour la société canadienne. Déjà en piteux état sur le plan commercial, avec un exode de ses clients vers les smartphones Android, iOS ou Windows, le groupe risque maintenant de voir le mouvement s’amplifier si certaines applications les plus populaires commencent à plier bagage.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés