Bouygues Télécom annonce la création d'Objenious, sa filiale consacrée à l'Internet des objets. Celle-ci s'appuiera sur le réseau LoRa.

Bouygues Télécom structure ses activités dans l’Internet des objets, avec la création d’une nouvelle filiale intitulée Objenious — sans doute une contraction anglophone de « object » et « genious » —. Celle-ci s’appuiera évidemment sur le réseau LoRa, que l’opérateur met en avant depuis mars dernier.

Objenious

Avec Objenious, Bouygues prévoit d’élaborer des capteurs pour répondre aux besoins de sa clientèle, en partenariat avec des sociétés spécialisées, de proposer un accès au réseau LoRa, de fournir un service de gestion des données via une solution dans le cloud, de faire de l’innovation ouverte en lien avec les startups.

« Nous avons signé des partenariats avec des acteurs clés de l’Internet des objets en France. De grands groupes industriels bien sûr mais aussi les start-up qui comptent, aussi bien côté capteurs qu’applications métiers », a commenté Stéphane Allaire, qui a été placé à la direction d’Objenious.

À cette occasion, Bouygues en a profité pour donner des nouvelles du réseau LoRa. Celui-ci est désormais présent dans quinze agglomérations de premier plan, de façon à couvrir la moitié de la population française. Un objectif qui est fixé pour le milieu de l’année. Et en fin d’année, ce sont 4000 antennes qui seront en place.

LoRa

Contraction de « Long » et « Range », LoRa est une technologie permettant à des terminaux de communiquer simultanément en utilisant un réseau bas débit à longue distance. En vue d’accompagner le mouvement, une alliance avait été annoncée en janvier 2015 lors du CES de Las Vegas.

Outre Bouygues Télécom, qui est un membre fondateur, l’alliance rassemble des sociétés travaillant dans le secteur des télécommunications ainsi que des équipementiers. Parmi les groupes les plus connus, citons la présence d’IBM, de Cisco, de Gemalto, de La Poste, de Swisscom, de Kerlink ou encore de KPN.

Selon l’opérateur, le réseau LoRa répond à des problématiques variées de façon efficace, qu’il s’agisse de communication bidirectionnelle, de sécurisation des échanges, d’objets en mobilité, de géolocalisation, de pénétration dans les bâtiments ou en sous-sol. Cette technologie est « la plus aboutie dans le  domaine de l’Internet des objets », assure Bouygues.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés