Alors que les voitures autonomes doivent gommer les erreurs humaines dans la conduite du futur, Hyundai semble prendre le contre-pied en annonçant des robotaxis avec des vertus humanistes.

Dès 2023, des robotaxis Hyundai IONIQ 5 devraient circuler dans les rues de Las Vegas. Le service doit ensuite s’étendre à plusieurs grandes villes des États-Unis. Si les expérimentations de robotaxis ne sont pas nouvelles dans les rues de certaines grandes villes américaines, l’approche de Motional — coentreprise entre Hyundai et Aptiq — est un peu différente, puisque les équipes misent beaucoup sur l’aspect humain et protecteur de leur service. Est-ce pour rassurer les futurs utilisateurs des taxis autonomes de la marque ?

Une base de robotaxi, tout ce qu’il y a de plus classique

Le robot taxi a été développé sur base d’un véhicule électrique IONIQ 5, spécialement équipé pour une conduite autonome de niveau 4. Il a été présenté pour la première fois au public lors du salon IAA Mobility à Munich en septembre 2021.

À la différence du modèle grand public, cet exemplaire affiche de nombreux capteurs supplémentaires apparents. Le robotaxi comprend plus de 30 capteurs, dont un lidar, un radar et des caméras placées à l’intérieur et à l’extérieur. Le tout doit offrir au véhicule une vision à 360° et des capacités à détecter les obstacles jusqu’à 300m de distance. Le véhicule autonome conservera ses volants et pédales, même si aucun conducteur ne sera présent à bord.

Si la base technique n’a rien d’original, c’est la couche logicielle qui peut faire toute la différence. C’est à ce niveau-là que les écarts sur les technologies de conduite autonomes se creusent entre les différents projets en expérimentation. C’est aussi ce qui peut amener un véhicule autonome à faire les gros titres de la rubrique des faits-divers, suite à un accident.

hyundai_ioniq_robotaxis-3
Hyundai robotaxis en conduite autonome // Source : Capture de la vidéo Hyundai

« Une solution de mobilité avec une part d’humanité »

Pour se différencier des autres solutions de robotaxis autonomes, Motional et Hyundai semblent vouloir rassurer les futurs utilisateurs du service en axant leur communication autour du message suivant : « Le robotaxi IONIQ 5 se veut une solution de mobilité avec une part d’humanité — et pas simplement sans conducteur humain. ».

Humaniser le service d’un robot peut sembler paradoxal, puisque le principe même de la conduite autonome est de palier les erreurs humaines, qui causent les accidents sur la route, en remplaçant le facteur humain par des calculs et des algorithmes. Mais amener une touche humaine semble encore nécessaire pour convaincre les clients qu’ils sont en sécurité à bord de ces véhicules. Sans clientèle, ces robotaxis n’ont aucune utilité sur nos routes.

Au travers de deux vidéos, Hyundai veut démontrer que le véhicule autonome prend soin de ses occupants, et que le véhicule adopte également une conduite très sûre en anticipant les dangers de la route.

De la théorie à la pratique, nous verrons rapidement si les algorithmes de l’intelligence artificielle de Hyundai tiennent leurs promesses. Rendre plus humains des algorithmes n’est pas sans rappeler un autre produit racheté par le groupe coréen Hyundai en 2021. En effet, Boston Dynamics en est la parfaite illustration avec ses différents robots.

Si les robotaxis fonctionnent sans défrayer la chronique, le service pourrait rapidement s’étendre de Las Vegas aux autres villes américaines, autorisant la circulation de véhicules autonomes de niveau 4. Hyundai espère rapidement pouvoir développer le service partout dans le monde. Il faudra d’ici là que les législations des différents pays évoluent pour autoriser ce type de véhicules sur les routes.